Santé

  • La pollution de l'air soupçonnée d'altérer le cycle menstruel

    L'exposition à la pollution atmosphérique peut allonger la première phase du cycle menstruel, soulève une nouvelle étude française. Or, les perturbations du cycle menstruel sont liées à la capacité d'un couple à concevoir.

    La première phase du cycle menstruel peut être décalée de plus d'une journée par une exposition à la pollution atmosphérique dans le mois précédant le début du cycle, alerte une nouvelle étude de l'Inserm. Ces résultats, qui restent à confirmer par des études de plus grande ampleur, sont publiés dans la revue Environmental Pollution.

    Les particules fines, soupçonnées d'affecter la fonction reproductrice

    On sait que les particules fines inhalées dans l'atmosphère polluée peuvent atteindre la circulation sanguine, le cœur, le cerveau et les organes reproducteurs. Si les effets sur la mortalité et la fonction cardiovasculaire sont bien connus, c'est beaucoup moins le cas pour la fonction de reproduction, dont on soupçonne qu'elle est affectée en termes de croissance du fœtus et du risque de prééclampsie – dysfonctionnement du placenta pouvant causer le décès de la mère et de l'enfant.

    Quelques études suggèrent un effet de la pollution atmosphérique sur le cycle menstruel, via les hormones de stress et l'axe hypothalamo-hypophysaire-ovarien qui le contrôlent. Ce dernier constitue une chaîne de transmission d’informations hormonales entre le cerveau (hypothalamus et, juste en dessous, une glande nommée hypophyse) et les ovaires. Cet axe contrôle les deux phases du cycle menstruel : la phase folliculaire - croissance d’un ovocyte jusqu’à l’ovulation -, et la phase lutéale, après l’ovulation et jusqu'aux règles.

     

    source: https://www.sciencesetavenir.fr/sante/sexualite/la-pollution-atmospherique-soupconnee-d-alterer-le-cycle-menstruel_139906

    Continuer
  • Papillomavirus : la France envisage de recommander le vaccin pour les garçons

    La Haute Autorité de santé (HAS) envisage d'étendre aux jeunes garçons la recommandation du vaccin contre les papillomavirus humains (HPV), "pour freiner la transmission" de ce virus responsable notamment du cancer du col de l'utérus, selon un projet d'avis publié mercredi 30 octobre. Environ 1 750 nouveaux cas de cancers causés par le HPV surviennent chaque année en France chez des hommes et 4 580 chez des femmes.

    "La HAS recommande l'élargissement de la vaccination anti-HPV (...) pour tous les garçons de 11 à 14 ans révolus (...) avec un rattrapage possible pour tous les adolescents et jeunes adultes de 15 à 19 ans révolus", détaille le projet d'avis, qui sera soumis à une consultation publique pendant quatre semaines. 

    L'autorité sanitaire a été saisie par le ministère de la Santé pour réfléchir à cet élargissement de la vaccination, car la couverture vaccinale "reste insuffisante [elle est inférieure à 30%] au regard des objectifs fixés à 60% par le plan cancer 2014-2019".

    2 900 cas de cancer de l'utérus par an

    En France, la vaccination est aujourd'hui recommandée et remboursée pour toutes les jeunes filles de 11 à 14 ans et entre 15 et 19 ans en cas de rattrapage. Elle est également recommandée jusqu'à l'âge de 26 ans chez les hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes et chez des patients immunodéprimés.

    Les infections sexuellement transmissibles liées à ce virus peuvent provoquer des années plus tard des cancers chez les femmes comme chez les hommes, du col de l'utérus, du vagin, du pénis, de l'anus ou de la gorge. Le seul cancer du col de l'utérus tue encore 1 100 femmes chaque année en France et 2 900 nouveaux cas sont diagnostiqués.

    La Haute Autorité de santé appuie sa recommandation sur des arguments médicaux, soulignant que "les premières données disponibles sont en faveur d'une possible efficacité des vaccins dans la prévention des cancers de la sphère ORL". Mais elle soulève aussi le fait que les recommandations actuelles posent "des questions d'éthique, d'égalité d'accès à la vaccination et de stigmatisation liée à l'orientation sexuelle et au non-respect de la vie privée".

    source: https://www.francetvinfo.fr/sante/sexo/papillomavirus-la-france-envisage-de-recommander-le-vaccin-pour-les-garcons_3681413.html

    Continuer

Nouveaux Articles

Populaires