Incendies

  • Cheniménil: une ancienne ferme inoccupée part en fumée

    Il était deux heures passées ce samedi matin lorsque les soldats du feu ont été alertés. À hauteur du numéro 3 de la route d’Épinal, à Cheniménil, une ancienne ferme inoccupée était la proie des flammes. Un bâtiment d’environ 400 mètres carrés qui contenait notamment du fourrage.

    L’intervention aurait pu se compliquer en raison de la présence de bouteilles de gaz dans la bâtisse, mais le pire a pu être évité. Il n’empêche que l’ancienne ferme a été entièrement détruite par l’incendie, tout comme la dépendance attenante.

    Les pompiers de Cheniménil, Épinal, Aydoilles et Archettes, sous le commandement du lieutenant Fabrice Clément, ont mis plusieurs heures pour circonscrire le sinistre. Le site a été sécurisé aux alentours de 7 h 30. Le maire de la commune s’est déplacé sur les lieux.

     

    source: https://www.vosgesmatin.fr/edition-epinal/2020/05/09/chenimenil-une-ancienne-ferme-inoccupee-part-en-fumee

    Continuer
  • Incendie en pleine nuit à Entrepierres : cinq personnes relogées

    Un incendie s’est déclaré ce mercredi 25 mars, vers 1 heure, au lieu-dit La Bastide, à Entrepierres. Le feu, qui a démarré dans les combles d’une maison de 200 m², s’est propagé à la toiture qui a été entièrement détruite.

    Une vingtaine de sapeurs-pompiers de Sisteron et Château-Arnoux sont intervenus jusqu’en milieu de matinée. Les cinq occupants de la bâtisse, indemnes, ont été relogés par leur famille.

     

    source: https://www.ledauphine.com/faits-divers-justice/2020/03/25/haute-provence-incendie-en-pleine-nuit-a-entrepierres-cinq-personnes-relogees

    Continuer
  • Grenoble : un incendie détruit la toiture d'un commerce

    Un important dispositif de secours a été déployé rue de Stalingrad à Grenoble ce mardi soir. Vers 21h15, les sapeurs-pompiers ont été alertés pour un incendie. Les flammes dévoraient la toiture d'un commerce au niveau du numero 66. Quinze à vingt soldats du feu se sont rendus sur les lieux à bord de quatre véhicules et ont déployé trois lances, dont une sur une grande échelle, pour attaquer l'incendie. Pendant l'intervention des secours, plusieurs familles ont été évacuées des immeubles voisins par mesure de précaution. Arrivés très rapidement sur les lieux (il y a en effet peu de monde en ville) les sapeurs-pompiers ont rapidement maîtrisé le sinistre qui a tout de même détruit 400 m2 de toiture au-dessus du magasin. Les familles évacuées ont ensuite pu réintégrer leurs logements alors que les secours bâchaient le toit de l'édifice. Il n'y a pas eu de blessé.

     

    source: https://www.ledauphine.com/faits-divers-justice/2020/03/25/isere-grenoble-un-incendie-detruit-la-toiture-d-un-commerce

    Continuer
  • Rennes : un septuagénaire décède dans l’incendie de son appartement

    FAITS DIVERS La victime, un homme âgé de 70 ans, a été retrouvé morte dans sa cuisine

    Les secours ont été appelés dimanche matin vers 10h30 pour un début d’incendie dans un immeuble situé dans le centre-ville de Rennes, a-t-on appris auprès des pompiers. Le feu s’est déclaré dans un appartement situé au 8e étage d’un immeuble d’habitation rue du Papier Timbré, près du boulevard de la Tour d’Auvergne.

     

    A l’arrivée des secours, le feu était déjà éteint. A l’intérieur de la cuisine, ils ont découvert le corps sans vie de l’occupant des lieux, un homme âgé de 70 ans. Une enquête de la police a été ouverte pour déterminer les causes de l’incendie.

     

    source: https://www.20minutes.fr/faits_divers/2741063-20200316-rennes-septuagenaire-decede-incendie-appartement

    Continuer
  • Colombes : pas de relogement d’urgence pour cinq familles après l’incendie

    Les familles qui habitaient dans le squat de la rue d’Enghien ont dû trouver chacune une solution pour se loger après l’incendie de leur appartement.

    C'est le début d'un long calvaire pour les quinze habitants de l'immeuble du 7 de la rue d'Enghien. Non seulement ces cinq familles ne pourront plus dormir à leur domicile, ravagé par les flammes, mais elles devront également trouver une solution de logement à leurs frais pour les prochaines nuits.

    « Chacun fait comme il peut, souffle Ali, l'un des locataires de cet ancien garage, qui servait jusqu'à vendredi de squat. Moi je suis allé à l'hôtel mais je ne sais pas comment vont faire mes voisins avec leurs enfants. Financièrement pour moi, il n'y a pas grand-chose… Les pompiers et la police nous ont dit de revenir demain (NDLR : ce dimanche) pour récupérer quelques affaires. »

    Problème, ce dimanche l'accès au bâtiment était justement interdit et des agents de sécurité en gardaient l'accès. Revenus rue d'Enghien, les familles ont dû insister pour récupérer quelques biens. « Là, c'est le bordel, confie un habitant de l'immeuble. Les maîtres-chiens postés devant l'immeuble ont appelé la police. Je pense qu'ils ont peur que si on passe, on reste dans l'immeuble… »

    « Il faut que les marchands de sommeil soient condamnés »

    Pendant une grande partie de la journée de samedi, un périmètre de sécurité a été mis en place dans toute la rue afin de s'assurer que l'immeuble, insalubre, ne s'effondre pas à la suite de l'incendie. « Il y a eu une intervention d'un architecte pour s'assurer de la solidité du bâtiment, relate l'entourage du préfet des Hauts-de-Seine qui assure que le risque est désormais passé. Généralement, c'est la mairie qui s'occupe de reloger les habitants dans des structures d'urgence comme des hôtels ».

    Une mesure qui n'est pas possible, selon la maire LR de la ville, Nicole Goueta. « Je ne peux pas ! On peut proposer des nuits d'hôtels pour des habitants qui ont un engagement locatif, là ce n'est pas le cas. Ils n'ont rien. Il y a déjà 4 000 demandes de logements en attente dans la ville, ce n'est juste pas possible. Il faut que les marchands de sommeils soient condamnés. »

    Chacune des familles s'est donc débrouillée tant bien que mal. « J'ai dormi chez un copain, ma femme avec les enfants chez une copine, explique l'un des habitants de l'immeuble. Cette situation va durer jusqu'à quand ? »

     

    source: http://www.leparisien.fr/hauts-de-seine-92/colombes-pour-les-familles-pas-de-relogement-d-urgence-apres-l-incendie-15-03-2020-8280327.php

    Continuer

Nouveaux Articles

Populaires