Hongrie

  • Clément, poignardé par un inconnu lors d'un voyage à Budapest avec sa petite amie

    Un jeune étudiant a été tué par un inconnu le 8 février tandis qu'il était en voyage à Budapest avec sa petite copine.

    Il était simplement parti chercher le petit-déjeuner mais il n’est jamais revenu. Samedi 8 février, Clément Bouly, un étudiant, a été mortellement poignardé par un inconnu dans le Ve arrondissement de Budapest. Il était en voyage en Hongrie avec sa petite copine pour son vingt-sixième anniversaire. C’est en ne parvenant pas à le joindre par téléphone que la jeune femme a décidé de partir à sa recherche. En chemin, elle tombe sur la scène de crime.

     

    Quelques heures après le meurtre, un homme d’origines américaine, britannique et hongroise a été arrêté. Selon le quotidien hongrois «Blikk», l’auteur du crime, âgé de 26 ans, souffrirait d’un trouble bipolaire et était ivre au moment des faits. Il a justifié son acte en déclarant à la police qu’il avait passé «une mauvaise journée».

    Les parents de Clément Boly se sont alors immédiatement rendus à Budapest. France 3 Haut-de-France rapporte qu’ils ont été «très soutenus» par l’ambassade française. «Cela fait du bien de trouver un peu d’humanité dans ces moments-là», a déclaré sa maman qui confie appeler «tous les jours» sa messagerie «pour entendre sa voix».

    "Continue de briller là-haut comme tu le faisais ici"

    Sa grande sœur, Pauline, a rédigé un message poignant sur Facebook : «Une partie de moi, de ma vie, de mon enfance s'envole avec toi. Je n'ai pas de mots pour décrire la peine, la douleur qui se sont abattues sur nous hier. On m'a arraché mon petit frère, mon ti Clem, mon René... Sache que partout où je serai, tu seras, tu vivras à travers nous, nos souvenirs et tout ce que tu nous as apporté, 26 ans de bonheur et de chamailleries. Je t'aime infiniment, continue de briller là-haut comme tu le faisais ici, veille sur nous.»

    Sa petite amie a quant à elle partagé une photo de leur couple, avec un petit message directement adressé à son «cœur», Clément : «Tu me manques, repose en paix».

    Le jeune garçon était originaire de Nouvelle-Eglise, dans le Pas-de-Calais.

     

    source: https://www.msn.com/fr-fr/actualite/faits-divers/cl%c3%a9ment-poignard%c3%a9-par-un-inconnu-lors-dun-voyage-%c3%a0-budapest-avec-sa-petite-amie/ar-BBZY7po?li=AAaCKnE&ocid=UP97DHP

    Continuer
  • Hongrie : des tirs de sommation pour dissuader des dizaines de migrants à la frontière avec la Serbie

    Plusieurs dizaines de migrants ont tenté, mardi, de forcer la frontière grillagée serbo-hongroise afin de gagner l’Europe de l’Ouest. La police hongroise a répondu par des tirs de sommation pour les dissuader. Fait “rarissime” qui traduit un nouvel afflux sur la route migratoire des Balkans qui n'était quasi plus empruntée depuis 2015, explique un spécialiste.

     

     

    “De jeunes hommes organisés et agressifs”. C’est ainsi que les autorités hongroises ont décrit le groupe de 60 à 70 migrants qui a tenté de franchir la frontière entre la Serbie et la Hongrie, au petit matin du mardi 28 janvier. “C’est la première fois qu’un groupe de cette envergure est interpellé après avoir découpé les grillages” de cette frontière, indique Peter Van der Auweraert, le représentant de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), contacté par InfoMigrants. L’incident s’est produit précisément au niveau du poste-frontière d'Horgos 2 près de la ville hongroise de Röszke.

    Les forces de l'ordre sur place ont procédé à des tirs de sommation afin de dissuader les migrants d’entrer en Hongrie. “C’est aussi une première à notre connaissance”, souligne l’OIM. Joint également par InfoMigrants, Philippe Bertinchamps, rédacteur en chef adjoint du Courrier des Balkans et spécialiste de la zone, confirme la rareté du geste. “Je ne suis toutefois pas surpris”, nuance-t-il. “La police hongroise s’est déjà fait connaître par le passé pour des faits de violences envers les migrants, il y a des témoignages de personnes battues ou des téléphones volontairement cassés, par exemple.”

    D’après l’OIM, une quarantaine de migrants a été immédiatement renvoyée de l’autre côté de la frontière, en Serbie. Quatre hommes ont également été interpellés sur le territoire hongrois et placés en garde à vue. D"autres" sont parvenus à entrer en Hongrie, a indiqué à l'AFP un porte parole de la police locale, sans donner de précision sur le chiffre. Côté serbe, la police frontalière a intercepté “37 migrants qui tentaient de franchir illégalement la frontière pour pénétrer en Hongrie aux alentours de 5h du matin”, a sobrement déclaré le ministère de l'Intérieur.

     

    Explosion du nombre de tentatives de passages à la frontière serbo-hongroise

     

    Située sur la route migratoire dite des Balkans ainsi que sur l’une des frontières extérieures de l’espace Schengen, la Hongrie a érigé dès 2015 des clôtures partiellement électrifiées rendant le franchissement de ses frontières beaucoup plus périlleux pour les migrants espérant rejoindre l’Europe de l’Ouest. “Cette route s’était nettement tarie, mais de plus en plus de migrants actuellement bloqués en Bosnie sont brutalement refoulés par la police croate. Les conditions de vie étant infernales en Bosnie et le passage impossible vers la Croatie, les migrants se mettent naturellement à retenter l’ancienne route des Balkans via la Hongrie”, analyse Philippe Bertinchamps.

    Les chiffres parlent d’eux mêmes : quelque 3 400 tentatives de passages clandestins ont eu lieu depuis le début de l'année, a affirmé lors d’une conférence de presse mardi, Gyorgy Bakondi, le conseiller du Premier ministre souverainiste Viktor Orban. Il s’agit d’une très forte hausse comparativement à 2019 dont la moyenne mensuelle des tentatives de passages était d’environ un millier.

    Dirigé par une majorité politique hostile à l'accueil de réfugiés, le gouvernement hongrois n’a eu de cesse de marteler ces dernières années que les candidats à l’exil se devaient de déposer leur demande d'asile dans le premier pays européen par lequel ils sont passés, en vertu du Règlement Dublin qu’une partie des pays membres de l’Union européenne veut réformer pour plus plus d’équité. Mais la Hongrie s’y oppose fermement et refoule systématiquement vers la Serbie les candidats arrivant par voie terrestre. Elle refuse également d’accueillir sur son sol les rescapés de la Méditerranée qui font désormais l’objet d’un mécanisme de répartition européen entre certains des États membres.

     

    source: https://www.infomigrants.net/fr/post/22420/hongrie-des-tirs-de-sommation-pour-dissuader-des-dizaines-de-migrants-a-la-frontiere-avec-la-serbie

    Continuer

Nouveaux Articles

Populaires