Coronavirus Iran

  • Coronavirus: 2 640 morts en Iran, les restrictions dureront "un certain temps"

    Selon le dernier bilan officiel de Téhéran publié dimanche, le Covid-19 a fait 2 640 morts en Iran. Les autorités ont annoncé que les restrictions de déplacements mises en place contre le virus continueraient pour "un certain temps".

    Les Iraniens devront s'adapter "au nouveau mode de vie", adopté pour lutter contre le coronavirus encore "un certain" temps, ont annoncé dimanche 29 mars les autorités iraniennes, alors que le Covid-19 a déjà fait 2 640 morts dans le pays.

    La République islamique fait partie des pays les plus touchés par la pandémie de nouveau coronavirus. Elle a annoncé le 19 février de premiers cas de contamination sur son sol, mais un haut responsable a reconnu récemment que le virus était vraisemblablement déjà présent en Iran en janvier. 

    Plus de 38 000 cas recensés

    Le maladie a fait 123 morts supplémentaires au cours des dernières 24 heures, a déclaré dimanche Kianouche Jahanpour, porte-parole du ministère de la Santé lors de son point de presse télévisé quotidien. Dans le même temps, les autorités sanitaires ont recensé 2 901 nouveaux cas de contamination au Covid-19, ce qui porte à 38 309 le nombre de cas officiellement confirmés et déclarés en Iran.

    Selon le porte-parole, le pays compte 3 467 patients du Covid-19 dans un état "critique", mais 12 391 autres se sont rétablis à la suite de leur hospitalisation.

    "Nous devons nous préparer à vivre avec ce virus jusqu'à ce qu'un traitement ou un vaccin soit découvert, ce qui n'est pas le cas à ce jour", avait déclaré plus tôt le président Hassan Rohani lors d'un conseil des ministres. "Le nouveau mode de vie que nous avons adopté" aura des "bénéfices" pour la société tout entière, a-t-il assuré, notant que "ces changements devront probablement rester en place un certain temps".

    Le pic de la pandémie dépassé ?

    Après avoir tout fait pour éviter d'imposer des mesures de confinement ou de quarantaine, le gouvernement de Téhéran a décidé le 25 mars d'interdire tout déplacement entre les villes. La mesure s'applique jusqu'au 8 avril et pourrait être prolongée.

    Sans être officiellement confinés, les habitants sont appelés depuis plusieurs semaines à rester chez eux "autant que possible". Dès la fin du mois de février, les écoles et universités avaient fermé dans certaines provinces avant que la mesure ne soit étendue à l'ensemble du pays.

    Au vu des dernières déclarations de Hassan Rohani, la rentrée des classes à l'issue des vacances scolaires du Nouvel an iranien (cette année du 19 mars au 3 avril) semble compromise.

     

    Lors de la réunion du cabinet, le président a déclaré avoir tenu la veille une "très bonne réunion en vidéoconférence" avec des experts et des médecins de haut vol.

    Selon eux, a-t-il dit, "dans certaines provinces, oui, nous avons passé le pic [de la pandémie] et nous sommes sur une courbe descendante, mais en ce qui concerne d'autres provinces" il est encore trop tôt pour se prononcer.

    Le 25 mars, Hassan Rohani avait déclaré que le pays avait passé "la première vague de la maladie", mais qu'il pouvait y en avoir "une nouvelle [...] dans les prochains jours".

    Plusieurs députés, membres du gouvernement ou personnalités ont été contaminés par le Covid-19. Le dernier en date est Mohammad-Réza Khatami, frère de l'ancien président Mohammad Khatami et figure réformatrice qui fut vice-président du Parlement. Selon l'agence officielle Irna, il a été hospitalisé.

    À l'inverse, le vice-ministre de la Santé Iraj Harirchi, qui avait été testé positif au nouveau coronavirus fin février, après être apparu mal en point lors d'une conférence de presse, a fait son retour à la vie publique. Il est apparu à la télévision en rappelant quelques consignes de sécurité et en appelant les gens qui restent à la maison à faire preuve de gentillesse entre eux.

     

    source: https://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/coronavirus-2-640-morts-en-iran-les-restrictions-dureront-un-certain-temps/ar-BB11S4QZ

    Continuer
  • Coronavirus : l’Iran change d’avis et s’oriente vers la quarantaine

    Après avoir tout fait pour l’éviter, les autorités iraniennes semblent mercredi se résigner à devoir imposer des mesures de type quarantaine ou confinement pour tenter d’enrayer la progression de l’épidémie.

    Avec plus de 2 000 décès dus à la maladie et un nombre de contaminations qui ne cesse de grimper, s’approchant désormais des 30 000 cas, selon les chiffres officiels, l’Iran est un des pays les plus frappés par la pandémie, avec l’Espagne, l’Italie et la Chine.

    Le gouvernement avait jusqu’ici refusé d’imposer des mesures de confinement ou de quarantaine, comme l’on fait de nombreux autres pays, disant craindre que cela n’entraîne un désastre pour l’économie nationale, déjà extrêmement fragilisée par les sanctions américaines.

     

    « Nouvelles restrictions »

    « La quarantaine, c’était quelque chose qu’on faisait avant la Première Guerre mondiale, à l’ère du choléra et de la peste. Les Chinois eux-mêmes n’en sont pas très satisfaits », avait même déclaré le 24 février un vice-ministre de la Santé, Iraj Harirchi, vingt-quatre heures avant l’annonce de sa propre contamination par le virus.

    Au lieu de cela, les autorités ont exhorté les habitants à rester chez eux « autant que possible », jurant qu’il n’y avait nul besoin d’en arriver au point de certains pays européens prenant des mesures de police pour interdire aux gens de bouger.

     

    Changement de cap mercredi. Le matin, en conseil des ministres, le président Hassan Rohani annonce la mise en œuvre proche de « nouvelles restrictions », « difficiles pour les gens ».

    « Pas d’autres choix »

    Il fait état d’un « long débat au sein du Comité national de combat contre le coronavirus », dit qu’il n’y a « pas d’autre choix » et que ces décisions s’imposent « pour protéger » la population.

    « Nous avons dépassé la première vague de la maladie, mais il peut y avoir une nouvelle vague dans les prochains jours », déclare encore M. Rohani, sibyllin, alors qu’à l’étranger certains s’interrogent sur les chiffres publiés par les autorités iraniennes, qu’ils soupçonnent d’être sous-estimés.

    « Sortir des villes sera interdit »

    Le porte-parole du gouvernement, Ali Rabii, annonce ensuite, sans précision de date, que « sortir des villes sera interdit », tout comme « les nouveaux voyages »

    La nouvelle tombe en pleines vacances scolaires du Nouvel An iranien, alors que des millions de personnes ont quitté leur province pour des visites familiales ou des séjours touristiques.

    M. Rabii appelle les gens à rentrer chez eux « au plus vite ». La violation des nouvelles mesures sera passible d’« amendes », avertit-il.

     

    source: https://www.lavoixdunord.fr/731365/article/2020-03-25/coronavirus-l-iran-change-d-avis-et-s-oriente-vers-la-quarantaine

    Continuer
  • Coronavirus en Iran : le bilan grimpe à plus de 2 000 morts

    L’Iran figure parmi les pays les plus touchés par l’épidémie du coronavirus avec 143 décès supplémentaires enregistrés ce mercredi 25 mars.

     

    27 017 cas de contamination en Iran

    La situation s’empire en Iran. Le dernier bilan officiel de l’épidémie du coronavirus fait état de 2 077 morts. Le ministère de la Santé iranien a annoncé, mercredi, que 143 personnes supplémentaires infectées par le Covid-19 ont perdu la vie. "Nos collègues ont recensé 2 206 nouveaux cas d’infection à la maladie covid-19" dans l’ensemble des provinces iraniennes au cours des dernières 24 heures, a déclaré le porte-parole du ministère, Kianouche Jahanpour sur le récit de Rtbf.be. Par ailleurs, le pays a recensé 27 017 cas de contamination depuis le début de l’épidémie.

    Vers la mise en place de nouvelles restrictions

    Face à ce bilan plus qu’alarmant, le président iranien Hassan Rohani a annoncé ce mercredi la mise en œuvre proche de nouvelles restrictions. "Cela pourrait entraver la prochaine vague de voyages. Les gens doivent savoir que ce sont des décisions difficiles à prendre pour protéger leur vie", a-t-il lâché sur les propos relayés par Ouest France. Alors que les mesures de quarantaine ou de confinement ne sont pas encore imposées en Iran, le dirigeant iranien a déclaré la mise en place d’un nouveau train de mesures difficiles pour les gens.

    Jusqu’à présent, les autorités iraniennes se sont contentées d’exhorter la population à rester à la maison autant que possible en cette période de congé du Nouvel an iranien. Le projet porte sur une période de 15 jours et doit durer jusqu’au samedi 4 avril, soit dans dix jours.

     

    source: https://www.linfo.re/monde/asie/coronavirus-en-iran-le-bilan-grimpe-a-plus-de-2-000-morts

    Continuer

Nouveaux Articles

Populaires