Sorcellerie

  • Affaire de l'Arche : le délire mystico-sexuel de l'aumônier Thomas Philippe

    L'une des anciennes victimes du mentor de Jean Vanier, le fondateur de l'association, mis en cause ce week-end pour des abus sexuels, explique les délires pseudo-théologiques à l'origine de ses déviances.

    Michèle-France Pesneau ne cache pas, dimanche soir, son «soulagement». La septuagénaire est l’une des premières à avoir dénoncé les abus sexuels au sein de l’Arche. Ce week-end l’association catholique a révélé les abus sexuels commis par son fondateur Jean Vanier sur au moins six femmes, provoquant la sidération dans les milieux catholiques.

    «Nous avons été prévenus en juillet 2019 qu’il y avait une enquête concernant Jean Vanier», explique-t-elle à Libération. De 1975 à 1989, Michèle-France a été, quant à elle, abusée spirituellement et sexuellement par le père Thomas Philippe, l’aumônier de l’Arche et le père spirituel de Jean Vanier.

    Abuser

    Grâce aux confidences que lui a faites le religieux, mort en 1993, il est possible de reconstituer le délire mystico-sexuel qui a permis au prêtre d’abuser de nombreuses femmes et d’entraîner dans ses déviances le fondateur de l’Arche, l’un de ses proches depuis les années 50.

    Michèle-France rapporte ainsi les premières paroles que lui aurait dites Thomas Philippe lors de leur rencontre : «Les parties de notre corps que nous cachons le plus dans notre vie ici bas seront celles qui seront le plus glorifiées au ciel.» Au fil des rendez-vous d’abord spirituels, le prêtre finit par se livrer à des abus sexuels. Pour enfermer sa victime dans le secret, le religieux avance des justifications pseudo-théologiques à sa conduite.

    L’ancienne victime raconte qu’il lui affirme : «Je te fais les grâces que Jésus et Marie partageaient pendant leur vie terrestre.» Une déclaration stupéfiante qui laisse entendre que la Vierge Marie et son fils entretenaient des relations sexuelles. «Thomas Philippe ne le disait jamais comme cela mais c’est ce que l’on comprenait», explique Michèle-France.

    Selon les confidences qu’elle a recueillies auprès de lui, le religieux dominicain aurait eu une expérience mystique, en 1938, à Rome devant un tableau dans l’église de la Trinité-des-Monts. «Il racontait qu’il avait vécu une nuit de noces avec la Vierge Marie», explique Michèle-France.

    Adeptes

    À travers les femmes qu’il a abusées, le théologien déviant aurait cherché à revivre cette expérience délirante. En 1952, deux femmes l’ont accusé d’agressions sexuelles. Il pourrait s’agir de deux religieuses, des novices qui n’avaient pas encore prononcé leur engagement définitif.

    L’ordre dominicain transmet alors son dossier au Saint-Office à Rome, l’ancienne inquisition qui condamne sévèrement le prêtre en 1956. Que les autorités de l’Eglise aient été effrayées par les théories du père Thomas Philippe, cela se comprend aisément.

    Mais entre-temps, le religieux avait fait des adeptes, un groupe de personnes, des femmes majoritairement qui s’étaient agrégées à lui dans un centre de formation théologique et spirituelle appelé l’Eau vive. Parmi elles, figurait Jean Vanier qui accompagnera lui-même en voiture à Rome, son mentor pour qu’il soit jugé par le Saint-Office.

    Ce groupe partageait-il déjà les déviances du dominicain ? Est-ce intervenu plus tard ? En tous les cas, malgré l’interdiction du Saint-Office, ils continuent à se fréquenter clandestinement, de 1956 à 1963. D’après les éléments rendus publics, ce week-end, par les autorités de l’Arche, les abus sexuels commis par Jean Vanier s’apparentent clairement à ceux pratiqués par son père spirituel.

     

    source: https://www.msn.com/fr-fr/actualite/faits-divers/affaire-de-larche-le-d%c3%a9lire-mystico-sexuel-de-laum%c3%b4nier-thomas-philippe/ar-BB10jWtq?li=AAaCKnE&ocid=UP97DHP

    Continuer
  • Municipales : en Guadeloupe, magie et religion remplacent les instituts de sondage

    À un mois du premier tour des élections municipales, les manœuvres des candidats pour se faire élire vont bon train. Certains n'hésitent pas à utiliser la religion et la magie pour gagner des voix ou convaincre des électeurs, comme en Guadeloupe, où, à Pointe-à-Pitre, les "quimboiseurs", des personnages magico-religieux, sont très sollicités.

    REPORTAGE

    Tous les moyens sont bons pour se faire élire. À un mois des élections municipales, les candidats, partout en France, cherchent à convaincre un maximum d’électeurs pour augmenter leurs chances de gagner le scrutin. Débats, tables-rondes, cafés-politique, ces pratiques sont monnaie-courante, mais en Guadeloupe, certains candidats n'hésitent pas à user de... pratiques magiques et religieuses.

    "Les routes sont prises en otage par des cercueils et des crapauds"

    Si certains préfèrent les instituts de sondages en cette période d'élection, à Pointe-à-Pitre, les "quimboiseurs", ces personnages magico-religieux, sont très sollicités. Il y a deux semaines, un cercueil vide pour enfant a été déposé sur un carrefour à deux pas d'une église. Blague de mauvais goût ? Non, il s'agirait plutôt d'intimider un adversaire politique.

    Bernard Saint-Julien, président d'une association culturelle et sportive, a remarqué que ce n'était pas la première fois que cela se produisait. "J'ai découvert que les routes sont prises en otage pendant cette période électorale par des cercueils, des crapauds et bien d'autres choses désagréables", affirme-t-il. Parfois, les automobilistes sont mêmes obligés de faire demi-tour, selon lui.

    "S’attirer les bonnes grâces des électeurs"

    "J'ai entendu dire que les adversaires politiques le font pour renverser l'élu sortant", poursuit Bernard Saint-Julien. Des propos corroborés par Franck Garin, docteur en sociologie. Pour lui, ces actes trouvent un ancrage profond en Guadeloupe. "Il s'agit pour le candidat et son entourage de s'attirer les bonnes grâces des électeurs, avec des rites d’attirance, des parfums, des prières", affirme-t-il. "La fonction du magico-religieux, c'est de remédier à l'angoisse de l'Homme", explique-t-il. 

    Ces pratiques magico-religieuses en période électorale ne sont pas présentes qu'aux Antilles. Elles existeraient depuis l'Antiquité.

     

    source: https://www.europe1.fr/politique/municipales-en-guadeloupe-magie-et-religion-remplacent-les-instituts-de-sondage-3949858

    Continuer
  • Corey Feldman: le plus gros problème d’Hollywood est la pédophilie

    Corey Feldman – qui a parlé des mauvais traitements qu’il aurait subis en tant qu’enfant star – dit que le “plus gros problème” à Hollywood est la pédophilie.

    Corey Feldman dit que le “plus gros problème” à Hollywood est la pédophilie.

    L’acteur de “ Goonies ” a parlé des mauvais traitements qu’il aurait subis en tant qu’enfant star et a révélé que son défunt ami et collègue enfant acteur Corey Haim lui avait fait “promettre” qu’il allait révéler la vérité de ce qui leur était arrivé.

    Il a déclaré: “Le plus gros problème à Hollywood est la pédophilie.”

    Avant d’ajouter: “Il m’a fait promettre avant sa mort que j’allais révéler la vérité.”

    Rob Reiner, qui a dirigé Corey dans “Stand By Me”, avait déjà été demandé si c’était une chance “50/50” que les enfants étoiles s’en sortent bien.

    Donnant ses pensées, il a déclaré: “Je ne sais pas si cela reflète exactement les enfants acteurs, mais plutôt si les enfants acteurs ont suffisamment de fondements familiaux pour résister aux difficultés.”

    Et répondant aux commentaires de Rob, Corey a ajouté: “Je pense que c’est une bonne excuse. J’adore Rob, mais il est hors de la base. Ce qui est arrivé à Corey Haim sur le tournage de” Lucas “était, oui, bien sûr, parce que ses parents étaient négligents Mais il y avait de mauvais acteurs sur le plateau qui n’auraient pas dû être là et qui ont été protégés depuis. ”

    Corey espère obtenir plus de soutien de Hollywood – comme le mouvement Time’s Up.

    S’adressant au journal The Guardian: “Ils vont au SAG [Screen Actors Guild] prix et ils sont tous vêtus de noir et ils honorent Patricia Arquette. Mais pourquoi n’ai-je pas été invité? ”

    Corey avait également décidé auparavant de déplacer un certain nombre de femmes dans sa maison, surnommée les «Corey’s Angels», dans le but de les aider à sortir d’un endroit sombre.

    Il a dit: “Il a été filé pour ressembler à un négatif, mais ce n’a jamais été un négatif. La vie de Courtney a été sauvée à cause des anges, parce que ce que nous faisions aidait les filles. J’ai dit: ‘Je veux vous donner l’occasion de pas à vous vendre ou à être une strip-teaseuse ou une star du porno. Nous allons vous apporter le soutien dont vous avez besoin, comme le ferait une famille, afin que vous n’ayez pas besoin d’aller faire ces choses. “

     

    source: https://www.breakingnews.fr/divertissement/people/corey-feldman-le-plus-gros-probleme-dhollywood-est-la-pedophilie-218261.html

    Continuer
  • "Ils font disparaître les corps" : la peur des crimes rituels reste vivace au Gabon

    Plusieurs centaines de morts ont été enregistrées au cours des quinze dernières années. L'élite politique gabonaise est pointée du doigt par une association de victimes. 

    C’est un père de famille marqué à jamais par la perte d’un être cher. Jean Elvis Ebang Ondo a perdu son fils de 12 ans dans des conditions particulièrement tragiques. C’était en 2005 au Gabon.

    Mon enfant a été enlevé, séquestré. Son corps démembré a été retrouvé sur une plage au bord de la mer à Libreville. Les enquêtes n'aboutissent jamaisJean Elvis Ebang Ondo, Association de lutte contre les crimes rituelsà franceinfo Afrique

    Depuis ce drame, Jean Elvis Ebang s’est mobilisé avec d’autres parents de victimes contre "le marché du crime rituel". C’est ainsi qu’est née l’Association de lutte contre les crimes rituels au Gabon dont il est président. Il explique à franceinfo Afrique que malgré les démentis répétés des autorités, les phénomènes d’infanticide, de cannibalisme et de fétichisme n’ont jamais disparu du Gabon. Il en veut pour preuve la psychose qui s’est emparée de ses compatriotes au début de l’année, alors que les réseaux sociaux bruissaient de rumeurs d’enlèvements d’enfants à Libreville et dans d’autres villes du pays.

    "Ils changent de mode opératoire"

    Les autorités ont reconnu un seul cas d’enlèvement avéré d’un jeune garçon de trois ans dans le nord du pays. Libreville a apporté un démenti formel "aux rumeurs sur une vague d’enlèvements" propagées sur les réseaux sociaux. Cela n’a pas empêché les parents de mettre leurs enfants à l’abri pendant plusieurs jours. Les écoles de Libreville, sécurisées par les forces de sécurité, n’ont rouvert leurs portes que le 3 février 2020.

    "Quand on parle d’enlèvements, tous les Gabonais pensent directement aux crimes rituels. Depuis 15 ans, nous travaillons sur la question. Plus on les dénonce, plus ils changent de mode opératoire. Avant, les tueurs jetaient les corps de leurs victimes dans la nature. Aujourd’hui, ils les font disparaître", dénonce Jean Elvis Ebang.

    Le président de l’Association de lutte contre les crimes rituels au Gabon décrit des pratiques occultes particulièrement sauvages, dont le seul but est de "maintenir au pouvoir leurs commanditaires et leur procurer des richesses matérielles". Il parle d’une véritable "mafia du crime" qui dispose de réseaux bien organisés. Avec un calendrier et des périodes bien définies pour commettre leurs crimes rituels. "Ces forces du mal" profiteraient des événements politiques notamment pour cibler des personnes. Les victimes meurent souvent après avoir subi des souffrances atroces, témoigne Jean Elvis Ebang.

    Ils peuvent couper le sexe ou le nez de leurs victimes, ou retirer leur sang qui est bu dans les temples démoniaques. Ils récupèrent ces organes pendant que la personne est encore vivanteJean Elvis Ebang Ondo, Association de lutte contre les crimes rituelsà franceinfo Afrique

    En 2012, la chaîne de télévision française Canal + avait diffusé un reportage intitulé Les organes du pouvoir sur le phénomène des crimes rituels au Gabon. Dans ce document glaçant, un féticheur expliquait que la souffrance de la victime était un élément indispensable pour garantir l’efficacité du fétiche.

    "Lorsqu’on vous coupe le clitoris vivant, qu’on vous coupe la langue vivant, vous criez. Et plus vous avez mal, plus vous vous dédoublez et plus vous serez utile", témoignait le féticheur tout en précisant que les organes humains sont très recommandés pour accéder au pouvoir. On y apprenait aussi que les organes humains "les plus prisés" pour le pouvoir étaient le cœur, pour "rassembler les foules", la langue pour "s’exprimer facilement", et les organes génitaux "qui apportent la vitalité".

    "Le règne de l'impunité"

    La diffusion de ce reportage avait provoqué un électrochoc au Gabon. Mais les assassinats n’avaient pas cessé pour autant. En 2013, l’Association de lutte contre les crimes rituels s’était émue de la découverte de corps de jeunes filles démembrées sur les plages gabonaises. Jean Elvis Ebang dénonce un manque de volonté politique pour éradiquer ce fléau.

    "Il y a eu des condamnations de certains bourreaux, mais les commanditaires n’ont jamais été inquiétés et l’impunité persiste. Ce sont de hautes personnalités qui paralysent la machine à cause de leurs croyances. Ils veulent se maintenir au pouvoir et accéder à la richesse à tout prix", accuse-t-il.

    En 2013, l’Association de lutte contre les crimes rituels avait organisé une marche de protestation. Elle avait remis au président Ali Bongo un mémorandum sur la question. Malheureusement, sept ans après, le comité de suivi promis par le pouvoir n’a toujours pas été mis en place, déplore le président de l’Association. "Normalement, il faut travailler pour gagner sa vie. Ici, on ne met pas l’accent sur le mérite. On s’en remet à des sectes diaboliques pour satisfaire de folles ambitions", se désole Jean Elvis Ebang. Il plaide en faveur d’une justice indépendante dans son pays, capable de traquer et de sanctionner les commanditaires de ces crimes qui se poursuivent en toute impunité.

     

    source https://www.francetvinfo.fr/monde/afrique/societe-africaine/ils-font-disparaitre-les-corps-la-peur-des-crimes-rituels-reste-vivace-au-gabon_3816363.html

    Continuer
  • Plus de détails sur la secte à Jérusalem : le gourou brûlait les mains des enfants …

    Le « rabbin » Aharon Ramati, directeur du séminaire « Beer Miriam » dans le quartier Boukharan de Jérusalem est soupçonné de détenir des dizaines de femmes et d’enfants  en esclavage dans des conditions gravissimes et les a même attaqués.

     

    Peu à peu, de nouveaux détails sont apparus sur la secte des orthodoxes tenu par un homme de 60 ans du quartier de Geula à Jérusalem, et arrêté hier.

    En 2011, certains rabbins ont qualifié le «séminaire» de cet homme de secte totalitaire et se sont plaints à la police. Cependant, les femmes sous contrôle ont déclaré qu’elles faisaient volontairement partie de la secte.

    L’histoire s’est répétée en 2015, l’homme a été arrêté, certaines filles ont été interrogées, mais elles ont à nouveau déclaré que les accusations portées contre leur gourou n’étaient pas vraies.

    L’enquête en cours a été rendue possible par plusieurs femmes qui se sont échappées de la secte et se sont tournées vers le Centre israélien pour les victimes de sectes. L’enquête a duré 2 mois, le résultat a été la dispersion de la secte et l’arrestation du suspect.

     

    Les femmes et les enfants vivaient dans une maison dans des conditions de surpeuplement terrible et de manque de nourriture. Les participants montrent qu’ils ont été punis d’une douche froide et de coups, y compris les enfants. Dans la salle de classe, le rabbin les intimidait avec l’enfer qui les attendaient. Par exemple, en leur disant qu’ils se sentirait mal dans le monde « atartone », et les a forcés à mettre le feu aux mains.

    De nombreuses femmes ont travaillé et donné de l’argent au rabbin. Il les a forcés à interrompre tous les contacts avec leurs proches. Quand ils ont appelé, les participants à la secte ont dit: « Je ne vous connais pas. »

    Même les femmes qui ont quitté la secte, en règle générale, ne se plaignent pas de ce qui leur a été fait. Beaucoup d’entre elles étaient dans un état psychologique gravissime.

    Un des proches a dit que ses deux sœurs, étaient dans le culte depuis neuf ans: « Il y a neuf ans, les filles ont eu une crise. Après la crise, elles ont cherché une oreille attentive. Un ami leur a recommandé qu’ elle pouvait dormir là-bas. Elle voulait rompre avec le monde et revenir à la réalité après s’être éloignée de l’environnement. « Ce qui s’est passé, c’est qu’après son arrivée, ils ont commencé à faire pression sur elles et elles étaient mineures. »

    L’une des femmes a déclaré que la secte avait exigé que les filles signalent où elles se trouvent par des messages lorsqu’elles n’étaient pas au séminaire: « Elles avaient des marques bleues sur les mains, il y avait des sanctions. Nous avons apporté des preuves policières, cela ne suffisait pas. »

    Ajoutant que les conditions de vie étaient mauvaises: « Une horreur. Nous savons avec certitude, qu’elles vivaient un enfer . Il y a beaucoup d’isolement de ces familles envers la société. Toute tentative de les contacter s’accompagnait d’une agression verbale très agressive de leur part. Le chef de la secte les a marié à l’insu de leur famille, et même lorsque nous avons essayé de chercher, ils ont brouillé les pistes, aujourd’hui, elles ont toutes des enfants.  »

    Certains détails sont très similaires à ce qui se passait autrefois dans la secte de Goel Ratzon à Tel Aviv. Ratson a été arrêté en 2010 et condamné à 30 ans de prison pour fraude, esclavage, viol de mineurs et autres délits.

    Concernant cette dernière information, les laïcs et médias ont tendance à généraliser tous les juifs orthodoxes à ce genre de secte, ce qui est complètement faux, car un homme peut se déguiser en rabbin et être un gourou, comme un homme qui se dit laïc peut être aussi un pédophile lors de vacances dans des pays qui n’interdisent pas de tels « faveurs touristiques » , on ne peut généraliser et accuser des communautés entières par rapport à des cas isolés, il y a des mauvaises personnes partout.

     

    source: https://infos-israel.news/plus-de-details-sur-la-secte-a-jerusalem-le-gourou-brulait-les-mains-des-enfants/

    .
     
    Continuer

Nouveaux Articles

Populaires