Maroc

  • Coronavirus: rues désertes dans un Maroc en "état d'urgence sanitaire"

    Le Maroc est entré vendredi soir en "état d'urgence sanitaire", avec un déploiement important des forces de l'ordre, pour obliger la population à se confiner chez elle et limiter la propagation du nouveau coronavirus, a constaté l'AFP.
    Après une série de mesures préventives, dont un confinement partiel depuis mardi, la décision de passer à la vitesse supérieure a été annoncée jeudi soir tard pour une entrée en vigueur vendredi à 17H00 GMT, avant le week-end.
    A l'heure dite, des patrouilles de police et de gendarmerie, en voiture ou à pied, ont commencé à contrôler les rares passants dans les rues désertes, pour vérifier les documents de dérogations (travail, santé, etc.), selon les journalistes de l'AFP sur place. 
    Le Maroc reste encore relativement épargné par le virus, mais le nombre de cas déclarés est passé de 8 à 77 en une semaine, avec trois décès et deux rémissions, selon le dernier bilan officiel. 

    Des fonds d'urgence ont été débloqués pour muscler les structures hospitalières du pays qui compte deux centres de dépistages et 1.642 lits en réanimation (public et privé) pour 35 millions d'habitants. Les nouvelles restrictions ont suscité une vague d'inquiétude dans les groupes de discussions en ligne des touristes étrangers encore bloqués au Maroc, tous ne parvenant pas à trouver des vols. Il sera cependant possible de rejoindre les aéroports en présentant un document justifiant son séjour touristique, a précisé sur Twitter l'ambassade de France au Maroc. 
    Vendredi matin, l'aéroport de Casablanca (ouest) était encore bondé de passagers en attente, selon des images diffusées sur les réseaux sociaux. Il n'a pas été possible d'obtenir de chiffres auprès des autorités marocaines. Le pays a accueilli près de 13 millions de touristes l'an dernier.

    La France a fait partir près de 140 vols spéciaux depuis vendredi dernier pour ramener 24.000 personnes, dont environ les deux tiers sont français, selon une source diplomatique à Rabat. En trois jours, la Grande Bretagne a pour sa part "affrété 41 vols et fait partir 7.801 passagers", a affirmé sur Twitter l'ambassadeur britannique au Maroc, Thomas Reilly. Le département d'Etat américain a organisé vendredi un vol spécial depuis Marrakech (sud) pour ses ressortissants bloqués au Maroc, en avertissant que le prix des billets --à 1.485 dollars--, seront à leur charge, selon le compte Twitter de l'ambassade américaine au Maroc.

     

    source: https://www.lorientlejour.com/article/1211358/coronavirus-rues-desertes-dans-un-maroc-en-etat-durgence-sanitaire.html

     

    Continuer
  • Renault : le Maroc et la Roumanie aussi à l'arrêt

    (Boursier.com) — Renault continue à mettre à l'arrêt ses usines à travers le monde. Après la France et l'Espagne, le constructeur suspend la production de ses deux usines marocaines de Casablanca et Tanger à compter de ce jeudi et jusqu'à nouvel ordre du fait de la propagation de l'épidémie de coronavirus. Les deux sites emploient quelque 11.000 salariés, a précisé un porte-parole. Le groupe au losange avait annoncé hier la suspension de l'activité de son usine de Roumanie jusqu'au 5 avril sauf pour les fonctions critiques.

     

    source: https://www.boursier.com/actions/actualites/news/renault-le-maroc-et-la-roumanie-aussi-a-l-arret-818736.html

    Continuer
  • Les États-Unis donnent le feu vert pour la vente de 25 chars blindés au Maroc

    Le département d’Etat américain a approuvé la vente de 24 véhicules de système de levage et d’évacuation utilitaire de combat.

     

    Cet accord de principe a été rendu public, ce mardi 3 mars, l’agence américaine de coopération pour la sécurité en matière de défense, qui détaille la commande passée par le Maroc. Il s’agit ainsi de 25 véhicules du système de levage et d’évacuation utilitaire de combat de récupération d’équipement lourd M88A2 (Hercules), ainsi que de véhicules reconditionnés du type Hercules M88A1 éventuellement.

    Cette commande est estimée à 239,35 millions de dollars, précise l’agence qui donne à savoir que le contractant principal sera BAE Systems, installé à York en Pennsylvanie. Sera compris également dans ce lot ; vingt-cinq mitrailleuses de calibre M2 .50, vingt-cinq systèmes radio terrestres et aéroportés à canal unique (SINCGARS); vingt-cinq récepteurs AN / PSN-13A du système de positionnement global avancé (DAGR), trente kits AN / VAS-5B Driver Vision Enhancer (DVE); vingt-cinq lance-grenades fumigènes M239 ou M250; mille huit cents (1 800) ronds de grenade fumigène M76 (G826) ou L8A1 / L8A3 (G815).

    «Le Maroc a l’intention d’utiliser ces articles et services de défense pour moderniser ses forces armées en mettant à jour leur capacité de récupération des véhicules de combat au rythme de la modernisation de leurs unités blindées», explique le document.

    Le département d’Etat souligne par ailleurs que cette vente «soutiendra la politique étrangère et la sécurité nationale des États-Unis en aidant à améliorer la sécurité d’un allié non-OTAN majeur qui continue d’être une force importante pour la stabilité politique et le progrès économique en Afrique du Nord», conclut le communiqué.

     

    source: https://www.h24info.ma/maroc/les-etats-unis-donnent-le-feu-veert-pour-la-vente-de-25-chars-blindes-au-le-maroc/

    Continuer
  • Maroc : manifestation à Casablanca contre les inégalités sociales

    La mobilisation a été lancée par un nouveau collectif regroupant des partis politiques et des organisations de la société civile. 

    Des milliers de personnes ont défilé le 23 février 2020 dans les rues de Casablanca, la capitale économique du Maroc, pour protester contre la situation socio-économique du pays. Les manifestants ont notamment dénoncé la baisse du pouvoir d’achat et la dégradation des droits humains.

    Justice sociale et liberté 

    La manifestation a été organisée par le Front social marocain (FSM), un nouveau collectif regroupant des partis de gauche, des organisations syndicales, des associations. Leur mobilisation fait écho à la contestation qui a secoué le nord du pays en 2016 et 2017. Quatre après, les revendications sont les mêmes : plus de justice sociale et de liberté.

    Un nouveau "hirak" ?

    Il est difficile pour l’instant de mesurer la portée et l’influence de cette contestation qui intervient près de quatre ans après le "hirak" ("mouvement" en arabe) qui avait pris naissance dans le Rif (nord du Maroc), un mouvement désormais éteint après une vague d’arrestations et de lourdes peines judicaires. Condamné à 20 ans de prison pour "atteinte à la sûreté de l’Etat", le chef de ce mouvement, Nasser Zefzafi, reste une référence pour les protestataires. Son nom a retenti plusieurs fois lors de la manifestation à Casablanca où la foule scandait "Nous sommes tous Zefzafi !".

    "Vive le peuple"

    Les manifestants, qui ont protesté contre le chômage et les défaillances des services publics, ont réclamé haut et fort la libération de tous les prisonniers politiques. La foule a repris une chanson de rap très populaire Aach al chaab (Vive le peuple) qui se réfère aussi aux manifestations du Rif. Ce titre contestataire, qui dénonce l’injustice et les inégalités sociales, cumule plus de 23 millions de vues sur YouTube depuis sa sortie fin octobre 2019. L’un des trois auteurs a depuis été condamné pour "insulte à la police".

    Le roi du Maroc, Mohammed VI, a promis il y a plusieurs mois un "nouveau système de développement" pour répondre aux besoins de la société et réduire les inégalités. Mais ce modèle tant attendu tarde à voir le jour.

     

    source: https://www.francetvinfo.fr/monde/afrique/maroc/maroc-manifestation-a-casablanca-contre-les-inegalites-sociales_3839537.html#xtor=AL-79-[article]-[connexe]

    Continuer
  • Maroc: émoi après la mort d'une infirmière dans une ambulance

    Les accidents de la route continuent de semer la tristesse et l’indignation au Maroc. Une ambulance transportant trois personnes, en plus du chauffeur, s’est renversée, causant la mort immédiate de deux des passagers, dont une infirmière.

    Le drame s’est produit sur la route reliant la province d’Assa-Zag à Guelmim-Oued Noun à Agadir. L’ambulance transportait une patiente et sa mère, une infirmière ainsi que le chauffeur. En plus de l’infirmière, la mère de la patiente est aussi décédée. Quant à la malade, elle a eu de légères blessures ; le conducteur, quant à lui, a été gravement blessé au niveau de la colonne vertébrale. Ils ont été transportés à l’hôpital Hassan II d’Agadir afin de recevoir des soins appropriés, rapporte Hespress.

    L’ensemble du corps médical a été choqué par cet événement tragique. Mourir de façon aussi brutale en voulant sauver la vie. Les syndicats du secteur médical ont d’ailleurs vivement critiqué le message de condoléances que le ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb, a adressé aux familles des deux victimes.

    Comme on pouvait s’y attendre, les infirmiers restent très choqués par le décès de leur consœur. Le mouvement des infirmiers et techniciens de santé du Maroc (MITSM) a rappelé, dans une déclaration, le nombre d’infirmiers et techniciens de santé ayant perdu la vie sur les routes en voulant s’acquitter de leur devoir.

    Cet accident de la route met en évidence de nombreuses difficultés qui plombent le secteur de la santé, et pour lesquelles, les travailleurs demandent que l’État s’y penche davantage pour qu’aucun agent de santé ne soit obligé de perdre la vie de cette façon.

     

    source: https://www.bladi.net/maroc-mort-infirmiere-ambulance,65067.html

    Continuer

Nouveaux Articles

Populaires