Irak

  • Irak : un adolescent lynché et pendu par la foule à Bagdad

    Un adolescent a été roué de coups et pendu, jeudi 12 décembre, par des manifestants à Bagdad, en Irak. Un communiqué, signé "Les manifestants de Tahrir" et diffusé sur les réseaux sociaux, a dénoncé "un plan machiavélique visant à ternir la réputation des manifestants pacifiques".

    Un adolescent accusé d'avoir attaqué des manifestants a été lynché puis pendu ce jeudi 12 décembre à Bagdad, ont rapporté policiers et témoins à l'AFP, au risque de ternir l'image d'un mouvement se réclamant du "pacifisme".

    Tôt le matin, un différend a éclaté entre un adolescent de 17 ans et des manifestants sur la place al-Ouathba, proche de la place Tahrir, épicentre de la contestation contre le pouvoir et son parrain iranien depuis plus de deux mois, indiquent des sources policières.

    Des manifestants, dont certains ont accusé la police de ne pas les protéger du "saboteur", ont alors incendié la maison du jeune homme, attenante à la place, poursuit la source policière. Ils l'ont ensuite sorti contre son gré, sans que les forces de l'ordre ne puissent les raisonner, assure-t-elle.

    Acharnement sur ce jeune homme

     

    Sur des images diffusées en direct sur les réseaux sociaux, des membres des forces de sécurité apparaissent aux abords de ce qui semble être la maison du jeune homme, mais semblent avoir quitté les lieux lorsque la foule y fait irruption puis traîne l'adolescent au sol sur des dizaines de mètres.

    De nombreuses personnes lui donnent des coups de pieds et de couteau quand il passe devant eux, selon ces images. L'adolescent, uniquement vêtu d'un caleçon, est ensuite hissé, attaché par les chevilles et tête en bas, à un feu de circulation au milieu de la place al-Ouathba.

    Son corps inanimé a ensuite été décroché, ont indiqué à l'AFP des témoins sur place, et amené à la morgue de la médecine légale. Un communiqué, signé "Les manifestants de Tahrir" et diffusé sur les réseaux sociaux, a dénoncé "un plan machiavélique visant à ternir la réputation des manifestants pacifiques" et assuré que les milliers d'Irakiens sur la place "n'ont rien à voir avec les événements de la matinée".

    Des réactions en rafale

    Les images ont provoqué un vif débat en Irak et suscité des réactions de politiciens. Un compte Twitter proche de Moqtada Sadr a menacé de retirer la protection des combattants du leader chiite aux manifestants. "Si sous 48 heures, les terroristes responsables ne sont pas débusqués, les casquettes bleues devront se retirer de toutes les places où les manifestants se rassemblent", est-il écrit.

    Les "casquettes bleues" sont les combattants non armés de la branche armée du mouvement de Moqtada Sadr. Ils s'étaient interposés vendredi soir entre les manifestants et des hommes armés lors d'une tuerie près de Tahrir. De son côté, Qaïs al-Khazali, puissant chef milicien pro-Iran récemment visé par des sanctions américaines a aussitôt dénoncé sur Twitter "le chaos" contre lequel il mettait en garde depuis le début des manifestations, dans lesquelles il voit un "complot" contre l'Irak.

    "Jusqu'à quand va durer le chaos, l'absence de la loi, la faiblesse des forces de sécurité, la prolifération des armes et des milices répugnantes ?", a-t-il demandé, alors que les manifestants accusent les factions armées pro-Iran de jouer un rôle dans les tueries et les enlèvements.

     

    source: https://www.rtl.fr/actu/international/irak-a-bagdad-un-adolescent-lynche-et-pendu-par-la-foule-7799678504

    Continuer
  • Irak : Bagdad se réveille sous la neige, la deuxième fois en un siècle

    DIAPORAMA - Le neige est tombée ce mardi 11 février sur la ville de Bagdad, en Irak. Un phénomène extrêmement rare pour un pays habitué aux chaleurs extrêmes.

    éveil enchanteur pour les habitants de Bagdad. Mardi 11 février, la neige est tombée sur la ville irakienne. Le phénomène est très rare dans ce pays du Moyen-Orient, plus habitué à la chaleur extrême. En plus d'un siècle, la région n'a connu qu'un seul précédent, en 2008. Cette année-là, il s'agissait avant tout de neige fondue, mêlée à des averses de pluie. 

    Mardi matin, ce sont bien plusieurs centimètres de neige qui ont enveloppé les trottoirs, les voitures et les palmes des dattiers. Outre Bagdad, la ville sainte chiite de Kerbala, plus au sud, était aussi recouverte de quelques centimètres de neige. Dans ces deux villes, les enfants s'en donnaient à cœur joie en se lançant des boules de neige dans les rues.

    "Cet épisode neigeux va se prolonger mercredi", a indiqué à l'Agence France-Presse Amer al-Jaberi, directeur du centre météorologique de Bagdad, précisant que cette vague de froid venait du continent européen. Le nord irakien, montagneux, est tous les ans enneigé et des stations de ski ont même vu le jour au Kurdistan. Mais dans le sud, où la température dépasse 50 degrés en été, la neige est rarissime.

    Des tentes de déplacés recouvertes de neige

     

    À Mossoul, la grande ville du Nord, la mosquée al-Nouri, où le "calife" autoproclamé du groupe Etat islamique (EI) avait fait son unique apparition publique, était mardi sous un manteau de neige, de même que les décombres de la Vieille ville ravagée par la guerre contre les jihadistes.

    Ailleurs dans le Nord, la neige recouvrait également les tentes des camps des centaines de milliers de déplacés - chassés de leurs maisons par la percée de l'EI en 2014 - ou de réfugiés, venus de la Syrie voisine en guerre.

    L'Irak, dont un tiers des 40 millions d'habitants vit de l'agriculture, souffre de sécheresse chronique et les autorités assurent espérer cette année une meilleure saison agricole en raison des pluies qui ont alimenté les fleuves, en partie asséchés par les barrages construits en Turquie et en Iran voisins.

     

    source: https://www.rtl.fr/actu/international/irak-bagdad-se-reveille-sous-la-neige-la-deuxieme-fois-en-un-siecle-7800073333

    Continuer
  • Irak : Trois roquettes s’abattent sur l’ambassade américaine à Bagdad

    Trois des cinq roquettes tirées dimanche à Bagdad se sont abattues sur l’ambassade américaine, a annoncé à l’agence France-Presse (AFP) une source des services de sécurité, précisant que l’une d’elles s’est écrasée sur une cafeteria à l’heure du dîner. Au moins une personne a été blessée, a indiqué un haut responsable irakien, qui a requis l’anonymat. Il n’était pas possible de savoir dans l’immédiat si le blessé était un Américain ou un employé irakien.

    C’est la première fois que ces tirs de roquette s’abattent directement sur l’ambassade des Etats-Unis, située dans la zone verte, ultrasécurisée de Bagdad, régulièrement visée ces derniers mois. À la suite de l’attaque, les Etats-Unis ont appelé l’Irak à protéger les installations diplomatiques américaines. « Nous appelons le gouvernement de l’Irak à remplir ses obligations, afin de protéger nos installations diplomatiques », a indiqué un porte-parole du département d’Etat.

    Un précédent le 20 janvier

    C’est la deuxième fois en une semaine que la mission diplomatique est visée. Le 20 janvier, trois roquettes se sont abattues près de l’ambassade. Une source américaine a indiqué à l’AFP que l’une d’entre elles s’était écrasée près de la résidence de l’adjoint de l’ambassadeur. Les tirs de roquette dimanche ont eu lieu plus tôt que d’habitude. Des journalistes de l’AFP ont entendu une détonation provenant de la rive ouest du Tigre à 19 h 30 (17 h 30 heure de Paris).

    Le Premier ministre irakien, Adel Abdel Mahdi, et le chef du Parlement, Mohammed al-Halboussi, ont tous deux condamné l’attaque. Adel Abdel Mahdi a dénoncé une « agression » qui pourrait « transformer l’Irak en une zone de guerre ».

    Fin décembre, un sous-traitant américain a été tué dans un tir de roquette sur une base abritant des soldats américains dans le nord de l’Irak. En représailles, Washington a mené des raids aériens le 29 décembre contre plusieurs bases des brigades du Hezbollah, un groupe armé chiite irakien membre du Hachd Al-Chaabi, coalition de paramilitaires dominée par des factions pro-Iran et intégrée aux forces régulières. Au moins 25 combattants des brigades du Hezbollah ont été tués dans les frappes et le 31 décembre, des milliers de leurs partisans ont attaqué l’ambassade américaine.

     

    source:  https://www.20minutes.fr/monde/2704083-20200126-irak-trois-roquettes-abattent-ambassade-americaine-bagdad

    Continuer

Nouveaux Articles

Populaires