Coronavirus Belgique

  • Coronavirus en Belgique: les salons de coiffure devront fermer à Bastogne dès lundi

    Le coronavirus en Belgique a poussé le gouvernement à prendre différentes mesures pour éviter la propagation du virus. Celle de fermer les salons de coiffure n'en a jusqu'à présent pas fait partie.

     
     

    Le bourgmestre de Bastogne, Benoît Lutgen, a toutefois pris dimanche un arrêté visant à ordonner la fermeture des salons de coiffure situé sur le territoire communal dès lundi 12h00, annonce la ville de Bastogne dans un communiqué

    "Suite notamment à la décision prise le 15 mars dernier par le gouvernement du Grand-Duché de Luxembourg de fermer les salons de coiffure, nous avons constaté une circulation de la clientèle du Grand-Duché de Luxembourg vers les salons de coiffure belges, singulièrement dans les communes limitrophes comme celle de Bastogne", explique la ville.

    En Belgique, les mesures fédérales précisent cependant que les salons de coiffure peuvent rester ouverts moyennant respect de certaines mesures nécessaires, notamment le respect des règles de distanciation sociale, en particulier le maintien d'une distance d'1,5 mètre entre chaque personne. Or dans la pratique, le respect de cette distance est physiquement impossible dans la cas des coiffeurs. L'Union des coiffeurs de Belgique et la Fédération nationale des coiffeurs de Belgique demandent d'ailleurs au gouvernement de considérer leur activité comme du commerce et donc de procéder à la fermeture de tous les salons de coiffure. "La commune de Bastogne a aussi été informée d'abus et du non-respect par certains des distances permettant l'exception émise par le gouvernement fédéral. Il revient actuellement aux forces de police de vérifier dans chaque salon de coiffure que les mesures de distanciation sociale imposées sont bien appliquées", souligne encore le communiqué précisant que le bourgmestre bastognard considère que les forces de police doivent pleinement être mobilisées pour pouvoir répondre à l'essentiel de leurs autres nombreuses missions et non pour passer leur temps à vérifier ces consignes dans les salons de coiffure.

    "Bien sûr, cette activité fait partie du bien-être. Toutefois, elle n'est en rien vitale ni stratégique pour assurer le quotidien strictement nécessaire", conclut la ville.

    source: https://www.rtl.be/info/regions/luxembourg/coronavirus-en-belgique-les-salons-de-coiffure-devront-fermer-a-bastogne-des-lundi-1205917.aspx

    Continuer
  • La Belgique ferme ses frontières, mais pas aux travailleurs frontaliers

    Plus de peur que de mal pour les travailleurs transfrontaliers, nombreux dans la région. La Belgique a décidé de fermer ses frontières à tout déplacement «non essentiel» afin d’endiguer la propagation du nouveau coronavirus. Mais les Nordistes qui travaillent outre-Quiévrain pourront continuer à le faire, s’ils prennent quelques précautions.

    La nouvelle est tombée vendredi soir. Et court jusqu’à nouvel ordre. Restent autorisés le trafic du fret et des camions, le retour de l’étranger des ressortissants belges et les déplacements professionnels impératifs, a précisé le ministre de l’Intérieur Pieter De Crem.

    Alors, les quelque 24 000 habitants des Hauts-de-France qui travaillent chez nos voisins se sont forcément demandé s’ils en faisaient partie. Et c’est bien le cas. Mais il leur faut « être en mesure de fournir la preuve que ce déplacement est essentiel   », justification de l’employeur ou carte professionnelle à l’appui. Et ce sur les routes, dans les aéroports ou à bord des trains internationaux. Thalys et Eurostar continuent en effet à rouler.

    On peut donc continuer à aller travailler en Belgique, mais plus question d’aller y faire ses courses ou d’aller y faire une balade. Et inversement. « Toute infraction sera sanctionnée », a prévenu Pieter De Crem, la sanction pouvant aller jusqu’à 4 000 euros d’amende et trois mois d’emprisonnement.

    Les Pays-Bas visés

    Si ces règles sont valables pour tous les pays frontaliers de la Belgique, elles semblent surtout s’adresser aux Pays-Bas, qui misent sur la stratégie de l'immunité collective et où les rassemblements sont encore autorisés. De nombreux bourgmestres de communes frontalières avaient en effet signalé que de nombreux touristes néerlandais tentaient, notamment, de rallier leurs résidences secondaires ou leurs lieux de villégiature en Belgique.

    Jeudi soir, avant même l’entrée en vigueur de ces mesures, 700 Néerlandais avaient été bloqués aux frontières de Kinrooi, dans le nord-est de la Belgique, et priés de rentrer chez eux.

     

    source: https://www.lavoixdunord.fr/729759/article/2020-03-21/la-belgique-ferme-ses-frontieres-mais-pas-aux-travailleurs-frontaliers

     
    Continuer
  • Coronavirus : les masques arrivés de Chine pour la Belgique n'étaient pas ceux attendus

    Cela pourrait ressembler à une blague belge sauf qu’elle est dramatique. La Belgique attendait 5 millions de masques contre le Covid-19 pour ses soignants mais ce sont des masques chirurgicaux et non des FFP2, plus protecteurs, qui ont été livrés.

    Selon la RTBF, 5 millions de masques en provenance de Shanghai, transporté sous hauts surveillance, devaient être distribués dans les hôpitaux belges. Ils sont bien arrivés mais ce sont des masques chirurgicaux et non des FFP2 et FFP3. Ces masques pas suffisamment protecteurs ne seront donc pas à destination des personnels directement en contact avec le Covid-19. S’ils permettent d’empêcher de contaminer les patients, ils ne permettent pas aux soignants de ne pas se faire contaminer par des malades atteints de Covid-19.

    La tension monte aussi dans les hôpitaux belges, où les soignants craignent d’être contaminés et de ne plus pouvoir soigner les malades. Certains brancardiers directement au contact des malades n’avaient pas de masque FFP2.

    D’après la RTBF, dans certains services on donne pour instruction de porter son masque plusieurs jours alors que la durée maximum est de 6 à 8 heures. Au-delà, les filtres ne sont plus efficaces. Pierre-François Laterre, chef de l’unité de soins intensifs aux cliniques universitaires de Saint-Luc, déclare à la chaîne de télévision belge : « on vit sur les réserves beaucoup de commandes ne sont pas arrivées, des gens ont fait des dons… Mais il est certain que le volume de ces masque FF2 ne permettra pas de tenir des semaines et des semaines ».

    La ministre de la santé belge Maggie De Block a précisé que 100 000 masques FFP2, initialement destinés l’Italie, sont arrivés jeudi soir en Belgique.

    De quoi rassurer un peu le personnel soignant et la CGSP des hôpitaux publics (un syndicat belge) qui souhaitait voir « réquisitionner le matériel nécessaire comme en temps de guerre ».

     

    source:https://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/coronavirus-masques-arrives-chine-belgique-n-etaient-pas-ceux-attendus-1804482.html

     
    Continuer

Nouveaux Articles

Populaires