Son emplacement demeurait un mystère depuis sa destruction au canon dans les années 1650 après la guerre civile anglaise (entre royalistes et partisans du Parlement anglais). L'immense chapelle de Bek, attenante au château d'Auckland dans le comté de Durham, a refait surface tout récemment grâce à des archéologues britanniques de l'université de Durham, ont-ils annoncé le 20 février dans un communiqué.

"Cette chapelle médiévale à deux étages - plus grande que la chapelle du roi à Westminster - a été construite au début des années 1300 pour l'évêque Antony Bek (prince évêque de Durham de 1284 à 1310), un grand guerrier et l'un des hommes les plus puissants et les plus influents d'Europe à l'époque", peut-on lire sur le site de l'université.

Après des mois de fouilles, les chercheurs ont mis au jour des fondations, des murs mesurant 1,5 m d'épaisseur, 12 m de large et 40 m de long, des contreforts latéraux et même une partie du sol. Les pièces mises au jour in situ (parfois grosses comme des voitures) laissent à penser que l'église était de taille comparable à la Sainte-Chapelle, à Paris.

"C'est l'archéologie poussée à son meilleur", a commenté le professeur Chris Gerrard du Department of Archaeology de l'université de Durham. Et d'ajouter : "Professionnels, bénévoles et étudiants ont travaillé main dans la main pour rassembler des indices à partir de documents et d'anciennes illustrations en utilisant les toutes dernières techniques d'enquête pour résoudre l'énigme de l'emplacement de cet édifice disparu." Tous reviendront sur le site médiéval dès le mois de juin 2020 pour poursuivre leurs travaux. Une exposition dédiée à leurs découvertes se tiendra au château d'Auckland du 4 mars au 6 septembre.

 

source: https://www.geo.fr/histoire/archeologie-une-chapelle-medievale-monumentale-mise-au-jour-en-angleterre-200074