Allemagne

  • Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées

    Un groupuscule d’extrême droite tout juste démantelé voulait imiter le massacre de Christchurch

     

    Ils voulaient imiter le massacre de Christchurch perpétré il y a un an en Nouvelle-Zélande. Mais la police allemande est intervenue à temps. Après le démantèlement d’un groupuscule d’extrême droite, le gouvernement allemand a condamné lundi des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées du pays, projetés par les membres de ce groupe.

    « Ce qui a été mis en lumière est effrayant, de voir manifestement un groupe se radicaliser de la sorte aussi rapidement », a affirmé un porte-parole du ministère de l’Intérieur, Björn Grünewälder lors d’une conférence de presse à Berlin. Il est « important que les lieux de culte soient protégés », a-t-il ajouté.

    Arrêtés et placés en détention

    « La mission de l’État est d’assurer la libre pratique de la religion dans ce pays sans danger, ni menace, peu importe pour quelle religion », a souligné pour sa part Steffen Seibert, le porte-parole du gouvernement et de la chancelière Angela Merkel. « Quiconque veut pratiquer sa religion ici en Allemagne en respectant le cadre légal doit pouvoir le faire sans menace et sans être mis en danger », a-t-il ajouté.

    Vendredi, douze membres d’un groupuscule d’extrême droite ont été arrêtés dans toute l’Allemagne puis placés en détention sous le soupçon de préparatifs d’attentats. Ils sont suspectés d’avoir visé des lieux de culte musulmans pendant la prière, sur le modèle de l’attentat de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, qui en mars 2019 avait tué 51 personnes dans deux mosquées en se filmant en direct, ont révélé dimanche soir les médias allemands.

    Un informateur infiltré

    Le chef présumé du groupe allemand, connu et surveillé depuis plusieurs mois par les autorités, a détaillé ses plans lors d’une réunion organisée avec ses complices la semaine dernière. Selon le journal populaire Bild, il s’agit de Werner S., 53 ans, habitant Augsbourg en Bavière.

    Il aurait menacé dans des échanges sur Internet de couper les mains de personnes ayant des opinions différentes des siennes, selon le journal. Les enquêteurs ont eu connaissance de cette réunion secrète grâce à un informateur infiltré, ont affirmé les médias allemands. Le groupe comptait s’en prendre à des mosquées dans « une dizaine de régions » en Allemagne, mais aussi des hommes politiques et des demandeurs d'asile.

    Un ancien policier impliqué

    Sur les douze personnes interpellées, quatre sont soupçonnées d’être les chevilles ouvrières du groupuscule alors que les huit autres leur auraient fourni un soutien financier et logistique. Parmi les suspects, tous de nationalité allemande, figure un policier de Rhénanie du Nord-Westphalie qui a été suspendu, selon la presse allemande.

    Selon Bild, il s’agit de Thorsten W., 50 ans, un passionné du Moyen-Âge qui n’hésitait pas à porter dans son temps libre une cotte de maille et une épée. Il critiquait le gouvernement qu’il comparait à « la dictature de la Stasi », du nom de la police secrète d'ex-Allemagne de l'Est.

    Surveillance accrue

    Ces arrestations « sont la preuve que les services de sécurité restent vigilants », s’est félicité M. Grünewälder. Il a indiqué qu’en tout 50 personnes liées à la mouvance d’extrême droite et considérées comme « des dangers pour la sécurité de l’Etat » étaient actuellement particulièrement surveillées par les services de renseignement.

    Les autorités s’inquiètent de l’essor du terrorisme d’extrême droite depuis notamment le meurtre d'un élu allemand pro-migrants, membre du parti de la chancelière Angela Merkel, en juin dernier. Ce démantèlement rappelle celui d’un autre groupuscule à l’été 2019 lorsque les autorités allemandes avaient arrêté une trentaine de personnes liées au mouvement « Nordkreuz » (Croix du Nord). Elles étaient soupçonnées d’avoir dressé une liste noire de personnalités de gauche et pro migrants à abattre.

     

    source: https://www.msn.com/fr-fr/actualite/faits-divers/allemagne-le-gouvernement-condamne-des-projets-dattentats-%c2%ab-effrayants-%c2%bb-contre-plusieurs-mosqu%c3%a9es/ar-BB105oJO?li=AAaCKnE&ocid=UP97DHP

    Continuer
  • Allemagne: la construction d’une usine Tesla est ralentie par les fourmis

    Le géant américain doit ouvrir un site de production à proximité de Berlin mais les obligations de préserver des espèces menacées lui font accumuler les retards.

    Il n’y a pas qu’en France que des hérissons, grenouilles ou autres hamster géants bloquent de grands chantiers. Les voitures électriques de Tesla seraient actuellement freinées par des fourmis en Allemagne. Le constructeur, qui doit ouvrir une usine près de Berlin en 2021, a commencé jeudi à défricher le site mais doit en sauvegarder la faune. Le géant américain est désormais entré dans une course contre la montre car ses obligations de préserver des espèces locales en danger, notamment des fourmis, oiseaux et chauves-souris en hibernation, risquent de prendre du temps.

    Tesla avait reçu le mois dernier le feu vert pour la construction de sa première usine sur le sol européen située à Grünheide, dans la région du Brandebourg, limitrophe de Berlin. Mais, selon la Süddeutsche Zeitung, le constructeur automobile doit désormais déterrer de nombreuses colonies de fourmis à l’aide de «pelles et de petits excavateurs» pour les relocaliser plus loin. Tesla a également promis d’accrocher 400 nichoirs dans la région, car la déforestation privera un certain nombre d’oiseaux de leurs nids.

    Déplacer les chauves-souris pendant l’hibernation

    Les oiseaux retourneront nicher dans les arbres dès le mois de mars, et les chauves-souris sont prêtes à sortir de leur hibernation et à commencer à s’accoupler à peu près à la même époque, précise de son côté le Tagesspiegel. L’Union allemande pour la conservation de la nature et de la biodiversité (NABU) a averti qu’il ne serait pas facile de déplacer les chauves-souris en particulier. «Pour déranger le moins possible les chauves-souris, il faudra les déplacer pendant l’hibernation», déclarait le mois dernier Christiane Schroeder, directrice de la branche brandebourgeoise de la NABU, au quotidien Berliner Zeitung.

    Le Brandebourg attend beaucoup de l’arrivée de Tesla qui a promis des milliers d’emplois de qualité, tout en bénéficiant en retour d’avantages en nature comme des subventions publiques ou encore un prix de l’immobilier plus bas que le marché. La protection de l’environnement n’est pas le seul obstacle auquel Tesla doit faire face à Grünheide. Le mois dernier, les autorités ont désamorcé sept bombes de la Deuxième Guerre mondiale qui ont été découvertes sur le site de la future usine.

     

    source: https://immobilier.lefigaro.fr/article/en-allemagne-la-construction-d-une-usine-tesla-est-ralentie-par-les-fourmis_9440f614-4f4e-11ea-8d1f-f6db9695b2f5/

    Continuer
  • Allemagne : 12 arrestations dans le démantèlement d'un groupuscule d'extrême droite

    Le groupe, composé uniquement d’Allemands, projetait de commettre des attaques contre des responsables politiques, des demandeurs d'asile et des musulmans.

    Ils prévoyaient de passer à l'acte mais les forces de l'ordre sont intervenues. Douze personnes ont été arrêtées ce vendredi 14 février en Allemagne dans l'enquête sur un groupuscule d'extrême droite, qui fomentait des attaques visant des politiques, des demandeurs d'asile et des musulmans. Ces arrestations viennent alimenter un peu plus l'inquiétude sur la montée des violences extrémistes.

    Quatre de ces suspects sont soupçonnés d'avoir formé "une association d'extrême droite à caractère terroriste" tandis que les huit autres se seraient dits prêts à leur apporter notamment un soutien "financier" ou "une aide pour se procurer des armes", a annoncé le parquet fédéral dans un communiqué.

    Le groupuscule, formé en septembre dernier, avait pour objectif d'"ébranler l'ordre de l'Ètat et de la société en Allemagne et à la fin de le renverser". Il visait tout particulièrement "des responsables politiques, des demandeurs d'asile et des musulmans", a précisé le parquet de Karlsruhe, compétent en matière de terrorisme.

    Les suspects s'étaient vus plusieurs fois

     

    Parmi les suspects, tous de nationalité allemande, figure un policier de Rhénanie du Nord-Westphalie qui a été suspendu, a indiqué un porte-parole du ministère régional de l'Intérieur. Dans le but de mettre en oeuvre leurs projets, les suspects se sont rencontrés personnellement à plusieurs reprises et à différents endroits, a encore précisé la justice. Ils se sont également servis de chats sur différents services de messagerie pour communiquer entre eux.

    La justice a également indiqué que "des attentats dont le dispositif concret n'a pas été précisé jusqu'ici devaient être commis [...] afin de générer une situation proche de la guerre civile". Les autorités allemandes s'inquiètent d'un terrorisme d'extrême droite depuis notamment le meurtre de Walter Lübcke, haut fonctionnaire territorial favorable à l'accueil de réfugiés, en juin dernier.

    Un néonazi a depuis été placé en détention. Sorti des radars des services de renseignements depuis plusieurs années, il avait déjà été condamné par le passé pour des violences racistes.

     

    source: https://www.rtl.fr/actu/international/allemagne-12-arrestations-dans-le-demantelement-d-un-groupuscule-d-extreme-droite-7800097393

    Continuer
  • Un laboratoire qui a testé le glyphosate mis en cause pour fraude en Allemagne

    La CIA et l'Allemagne ont espionné plus de 120 pays en rachetant en secret un système de chiffrement

    Les deux pays avaient acquis une société suisse qui vendait ses systèmes de chiffrement à une centaine de pays. Ils pouvaient alors accéder aux messages de leurs ennemis, et alliés, en toute discrétion.

    Le coup du siècle ! Pendant des années, la CIA américaine et les renseignements extérieurs allemands (BND) ont espionné leurs ennemis et leurs alliés grâce à un matériel de chiffrement développé par une société suisse dont ils étaient les propriétaires cachés.

    Selon une longue enquête publiée mardi par le Washington Post, la télévision allemande ZDF et la radiotélévision suisse SRF, l'agence américaine de renseignement a acheté la société suisse Crypto AG en 1970 dans le cadre d'un « partenariat hautement confidentiel » avec son homologue allemand, via un montage de sociétés basées dans des paradis fiscaux.

    Deux types de machines selon les pays clients

    Devenue après la Seconde Guerre mondiale le leader sur le marché des machines portables de chiffrement, Crypto a vendu pour des « millions de dollars » de matériel à plus de 120 pays. Parmi ses clients, on trouve l'Iran, les juntes militaires d'Amérique latine, l'Inde, le Pakistan, l'Arabie saoudite, la Libye et le Vatican, explique le quotidien américain.

    Les machines vendues aux alliés des États-Unis étaient sécurisées, tandis que d'autres pouvaient être craquées par les espions américains.  Les deux agences « ont truqué les équipements de la société afin de casser facilement les codes que les pays (clients) utilisaient pour envoyer des messages chiffrés ».

    Elles ont ainsi surveillé la crise des otages à l'ambassade américaine de Téhéran en 1979, fourni des informations sur l'armée argentine à la Grande-Bretagne pendant la guerre des Malouines en 1982 ou suivi les campagnes d'assassinats des dictateurs sud-américains, affirme le Washington Post. La CIA a également eu rapidement la preuve de l'implication de la Libye dans l'attentat contre une discothèque à Berlin-Ouest en 1986, qui avait tué deux soldats américains.

    « Le coup du siècle » du renseignement

    L'opération, nommée « Thesaurus », puis « Rubicon », a été « le coup du siècle » en matière de renseignement, se félicite la CIA dans un rapport de 2004 consulté par les auteurs de l'enquête. Ces derniers ont également eu accès à des documents rassemblés par les services de renseignement allemands en 2008.

    « Les gouvernements étrangers payaient de belles sommes aux États-Unis et à l'Allemagne de l'Ouest pour le privilège d'avoir leurs communications les plus secrètes lues par au moins deux (et peut-être jusqu'à cinq ou six) pays étrangers », explique l'agence américaine, en référence à son alliance avec les services secrets britanniques, australiens, canadiens et néo-zélandais.

    Quand la NSA s'en mêle

    À partir de 1970, la CIA et l'agence de surveillance NSA « ont contrôlé pratiquement tous les aspects des opérations de Crypto, prenant avec leurs partenaires allemands les décisions concernant les embauches, la technologie, sabotant les algorithmes et ciblant les acheteurs », écrit le Washington Post. Le programme avait toutefois ses limites : les principaux rivaux des Américains, l'Union soviétique et la Chine notamment, n'étaient pas clients de Crypto.

    Le BND a revendu ses parts dans Crypto en 1993, inquiet selon la ZDF que Washington espionne ses adversaires comme ses alliés. Les progrès de la technologie en matière de chiffrement ont ensuite conduit la CIA à se désengager de la société en 2018. La société a été rachetée puis divisée en deux entités, l'une travaillant pour le gouvernement suisse et l'autre étant chargée des opérations commerciales internationales.

    La CIA, interrogée par l'AFP, a indiqué « être au courant » de cette enquête sans faire de commentaire. Le BND a déclaré à la ZDF ne faire aucun commentaire officiel sur ses opérations.
    L'ancien coordinateur du renseignement allemand, Bernd Schmidbauer, a pour sa part confirmé à la télévision l'existence de cette opération, estimant que « Rubicon » avait permis « de rendre le monde un peu plus sûr ».

     

    source: https://www.01net.com/actualites/la-cia-et-l-allemagne-ont-espionne-plus-de-120-pays-en-rachetant-en-secret-un-systeme-de-chiffrement-1856579.html

    Continuer
  • Allemagne: mystère dans une maternité après l'intoxication de cinq bébés

    La justice reste perplexe face à l'intoxication de cinq bébés dans une maternité allemande. Après avoir arrêtée, puis relâchée une jeune infirmière, la piste de l'empoisonnement volontaire reste ouverte. De la morphine avait été sortie sans autorisation du coffre-fort de la maternité et utilisée. Heureusement, les cinq enfants ont survécu grâce à l'intervention rapide du personnel.

    Le mystère s'épaissit en Allemagne autour d'une tentative d'empoisonnement à la morphine de cinq nouveaux-nés, qui tourne aussi au fiasco judiciaire après la mise en cause prématurée d'une infirmière.

    Les bébés, âgés entre un jour et cinq semaines, ont tous survécu à cette intoxication volontaire survenue le 20 décembre dans une maternité d'Ulm dans le sud de l'Allemagne, mais révélée seulement la semaine dernière par les autorités. Ils ne devraient pas garder de séquelles.

    L'incertitude reste en revanche totale sur le ou la coupable et ses motivations.

    L'affaire semblait pourtant entendue la semaine dernière lorsque le parquet a annoncé le placement en détention provisoire d'une jeune infirmière de l'établissement pour tentative présumée d'homicide sur les enfants, après la découverte dans son casier à l'hôpital d'une seringue contenant du lait maternel et, selon la police, de la morphine.

    Excuse

    Mais la jeune femme vient finalement d'être remise en liberté. Car des analyses complémentaires de la police scientifique ont finalement montré que la seringue était dépourvue de cet antalgique, censé en médecine soulager les douleurs aiguës et qui ont provoqué chez les nourrissons des troubles respiratoires aigus.

    Outre le traitement des douleurs, la morphine est parfois utilisée en milieu hospitalier pour traiter les symptômes de sevrage chez les bébés nés de mères toxicomanes. Une surdose de ce dérivé de l'opium peut toutefois entraîner une insuffisance respiratoire mortelle.

    La justice a dû mardi présenté des excuses à l'infirmière trop vite incarcérée. "Je suis désolé pour la personne en question", a affirmé lors d'une conférence de presse le procureur d'Ulm qui supervise l'enquête, Christof Lehr. Il a exprimé "ses regrets".

    Ce mea culpa est un camouflet pour la police et la justice qui, en s'appuyant sur des analyses de laboratoires peu fiables, ont prématurément présenté à l'opinion une coupable présumée.

    "Avec le recul, ce fut une erreur", a confessé le chef de la police locale, Ralf Michelfelder.

    Pire: le laboratoire qui avait effectué la première analyse a découvert que son propre solvant utilisé dans les tests était responsable du cafouillage. Il avait été contaminé par une infime quantité de morphine.

    Bébés sans défense

    L'infirmière finalement libérée, et qui clame son innocence depuis le début, n'est toutefois pas encore tirée d'affaire. Elle continue de faire partie des personnes suspectées, tout comme cinq de ses collègues qui travaillaient de nuit à la maternité lorsque la tentative d'empoisonnement a eu lieu.

    "Jusqu'à présent, ces six personnes ont fait l'objet d'un début de soupçon raison de leur proximité avec les nourrissons au moment des faits", a affirmé à l'AFP le porte-parole du parquet d'Ulm, Michael Bischofberger.

    La justice continue notamment de s'interroger sur la présence encore inexpliquée de la seringue de lait maternel dans le casier de l'infirmière. "C'est étrange", a indiqué M. Bischofberger, car le lait maternel non conservé au frais finit par tourner.

    Cependant, il a précisé que l'enquête était menée dans "toutes les directions" et qu'"aucune piste n'est exclue".

    Le 20 décembre les cinq bébés, tous nés prématurés, avaient été pris presque au même moment de problèmes respiratoires aigus.

    Ce n'est que grâce à "l'action immédiate du personnel" que les vies des bébés ont pu être sauvées, a déclaré M. Lehr.

    Après avoir mis de côté la piste d'une infection bactérielle, l'hôpital a fini par privilégier celle de l'empoisonnement. D'autant que l'enquête a montré qu'un flacon de morphine a bien été sorti sans autorisation d'un coffre-fort de la maternité et utilisé.

    "Pour le moment tout indique que des bébés prématurés sans défense se sont vu administrer de la morphine", a dit le procureur.

     

    source: https://www.msn.com/fr-be/actualite/faits-divers-monde/myst%c3%a8re-dans-une-maternit%c3%a9-en-allemagne-apr%c3%a8s-lintoxication-de-cinq-b%c3%a9b%c3%a9s/ar-BBZEefU?li=BBqj2K4

    Continuer

Nouveaux Articles

Populaires