Allemagne

  • Allemagne: l’appel à la prière récité dans de plus en plus de mosquées

    Le nombre de mosquées où l’appel à la prière est récité en Allemagne se multiplie.

    L’appel à la prière a été récité pour la première fois sur des haut-parleurs dans 13 mosquées dont 8 appartenant aux Turcs, grâce à une autorisation délivrée par les autorités locales de Wuppertal afin de remonter le moral des musulmans en période d’épidémie.

    L’employé de la mosquée centrale d’Elberfeld, en service depuis 29 ans et rattachée à l’Union turco-islamique des Affaires religieuses (DITIB), Mustafa Akkaya, l’employé de la mosquée Mimar Sinan de Vohwinkel, en service depuis 25 ans et rattachée également à DITIB, Hasan Huseyin Sen, ainsi que l’employé de la Mosquée Alperen d’Elberfeld, en service depuis 23 ans et rattachée à la Fédération turque, Kemal Yavuz ont récité pour la première fois l’appel à la prière via des haut-parleurs.

    La récitation des appels à la prière via des haut-parleurs dans les mosquées des villes où les Turcs et musulmans sont nombreux, va durer jusqu’au 19 avril.

    L’appel à la prière avait déjà été récité via des haut-parleurs dans près d’une centaine de mosquées en Allemagne avant la prière du soir et la prière hebdomadaire du vendredi, par une décision prise auparavant par les autorités locales.

    Les prières collectives dans les mosquées et autres lieux de culte en Allemagne sont suspendues à cause de l’épidémie de Covid-19.

     

    source: https://www.trt.net.tr/francais/europe/2020/04/07/allemagne-l-appel-a-la-priere-recite-dans-de-plus-en-plus-de-mosquees-1392905

    Continuer
  • Covid-19: l’Allemagne s'attend à sa “pire récession” économique depuis 50 ans

    Le gouvernement allemand devrait faire face à la plus grave récession économique qu'a connu le pays depuis la Seconde Guerre mondiale à cause de la pandémie de coronavirus, a averti mercredi son ministre de l'Économie. Peter Altmaier a annoncé une importante révision des prévisions de croissance de l'Allemagne et un PIB qui devrait chuter de 6,3 % cette année.

    Le moteur de l’économie européenne est en panne. La pandémie de coronavirus va plonger l’Allemagne dans sa plus grave récession depuis la Seconde Guerre mondiale, a annoncé mercredi 29 avril le ministre de l’Économie Peter Altmaier. Le PIB allemand devrait chuter de 6,3 % en 2020, alors que son ministère tablait sur une croissance de 1,1 % jusqu’alors.

    Cette projection, qui se base sur une levée "progressive et modérée" des restrictions en place pour limiter la propagation de la pandémie, prévoit un rebond en 2021, avec une croissance de 5,2 % du produit intérieur brut.

    "Nous allons vivre la pire récession de l'histoire de la République allemande", a commenté Peter Altmaier. "Après dix ans de croissance, les conséquences de la pandémie plongent notre économie dans une récession (et posent) un grand défi économique et politique".

    Des prévisions d'effondrement du PIB de 10 % au deuxième trimestre

    "La plus grande chute intervient au deuxième trimestre", a ajouté le ministre, avant une "relance" espérée de l'activité. Le PIB allemand devrait s'effondrer de 10 % au deuxième trimestre, du jamais vu dans l'histoire récente, selon des projections communes des principaux instituts économiques, publiées début avril.

    Par ailleurs, "le marché du travail se retrouve sous une forte pression", note Peter Altmaier. Au moins trois millions de personnes étaient en mars et avril au chômage partiel ("Kurzarbeit").

    Si une hausse du taux de chômage à 5,8 % est attendue, "elle est sensiblement limitée par le recours" à ce dispositif, où l'État allemand prend en charge deux tiers du salaire des employés concernés, a expliqué le ministre de l’Économie.

    Depuis la semaine dernière, l'Allemagne a lancé un déconfinement progressif, en commençant avec la réouverture de certains commerces.

    "Nous ne devons pas risquer une deuxième hausse des infections" et éviter une nouvelle "propagation incontrôlée", a mis en garde Peter Altmaier, ajoutant qu'il est favorable à un assouplissement supplémentaire des restrictions "si les chiffres le permettent". "C'est une course d'endurance" et "nous ne devons pas mettre en danger les succès" obtenus jusqu'ici.

    Exportations impactées et aides aux entreprises

    Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

    L'industrie exportatrice, pilier de l'économie allemande, est particulièrement touchée par la crise, qui atteint ses débouchés et ralentit fortement les échanges internationaux. 

    Le gouvernement s'attend à une baisse des exportations de 11,6 % en 2020 avant une reprise à + 7,6 % en 2021. Les importations doivent, quant à elles, diminuer de 8,2 % en 2020 avant de progresser de 6,5 % l'année prochaine. Dans les deux cas, le niveau de 2019 ne sera donc pas retrouvé avant 2022 au moins.

    Pour faire face à la crise, le Parlement allemand a déjà adopté fin mars un plan de près de 1 100 milliards d'euros, incluant des dispositifs de garanties publiques de prêts et d'aides directes aux entreprises, notamment pour les PME.

    Plusieurs grandes entreprises ont également déjà profité de ce soutien via des prêts garantis, dont le voyagiste TUI et l'équipementier Adidas, tandis que la compagnie Lufthansa négocie une aide de plusieurs milliards d'euros qui pourrait voir l'État monter au capital du groupe.

     

    source: https://www.france24.com/fr/20200429-covid-19-l-allemagne-s-attend-%C3%A0-sa-pire-r%C3%A9cession-%C3%A9conomique-depuis-50-ans

    Continuer
  • Bosch réduit la voilure en Allemagne, baisse de demande invoquée

    Effet domino du Covid-19 : Bosch, leader mondial des équipementiers automobiles a annoncé vendredi qu’il allait « fortement réduire » ses activités en Allemagne et fermer des usines. Raison invoquée : la chute de la demande mondiale observée dans le secteur automobile, due à la crise du Covid-19.

    Bosch réagit  à la « chute drastique de la demande »

    Bosch  a ainsi indiqué dans un communiqué qu’à compter du mercredi 25 mars, il allait « fortement réduire son activité » en Allemagne et « fermer une partie de ses sites de production et d’administration ».

    « Avec ces mesures, nous réagissons à la chute drastique de la demande dans l’automobile, particulièrement en Europe, et à l’arrêt de la production des constructeurs automobiles », indique le groupe. Sans faire aucune référence à la situation sanitaire de ses propres salariés et de ses propres sites.

    Le groupe encourage ses salariés à prendre des congés, les incitant parallèlement à réduire leur temps de travail avant de mettre en place, « avant le 5 avril », un plan de chômage partiel.

    Les usines européennes à l’arrêt

     

    Alors que l’économie chinoise a été totalement stoppée plusieurs semaines en raison de l’épidémie de Covid-19, les sites des grands constructeurs automobiles européens (Allemagne, France, Italie, Espagne) d’abord impactés par une pénurie de pièces, sont désormais à l’arrêt pour des raisons sanitaires.

    Les principaux constructeurs automobiles allemands, Mercedes (Daimler), BMW et Volkswagen, viennent de fermer une partie de leurs usines européennes.

    Les sites allemands en 1ere ligne, les sites produisant pour la Chine non concernés

    Les 35 sites allemands de la filiale Bosch Mobility, qui fournit des équipements à l’industrie automobile, sont tout particulièrement concernés.

    Les sites produisant des équipements pour le marché automobile chinois « devraient continuer à fonctionner« , alors que « ce marché redémarre doucement », a tenu à préciser une porte-parole du groupe.

    Notre avis, par leblogauto.com

    Vous remarquerez que la raison donnée par Bosch pour ralentir ses activités – et non pas fermer ses sites – n’est pas la protection de ses salariés, un manque de personnel, ou une pénurie de pièces. L’argument invoqué – froidement ? – par l’équipementier est l’adaptation à la demande. Chacun est libre d’apprécier ou pas …

    il est vrai que le taux de létalité lié au Covid-19 enregistré en Allemagne est fort heureusement plus faible que dans les autres contrées européennes, pour le moment. Avec 25 000 lits de soins intensifs avec assistance respiratoire, notre voisin d’outre Rhin – qui a semble-t-il plus capitaliser que nous des expériences passées … – est particulièrement bien équipé comparé  à ses voisins européens. La France en a environ 7 000 et l’Italie autour de 5 000 …

    Dès janvier, l’important maillage territorial des laboratoires indépendants allemands Allemagne a  permis d’effectuer des tests alors que le nombre de cas positifs était encore très faible. Permettant de mettre rapidement en quarantaine les personnes potentiellement contagieuses.

    Ces nombreux laboratoires augmentent la capacité de dépistage, estimé à quelque 12 000 par jour par l’Institut Robert Koch (IRK), qui pilote la lutte contre l’épidémie.

    Avec près de 25 % de sa population âgée de plus de 60 ans, l’Allemagne craint de voir le nombre de ses décès fortement augmenter dans les prochains jours. Ce qui devrait – notamment – amener Bosch à revoir sa position. Entre temps, le virus aura pu se propager au sein de la main-d’oeuvre …

    Mercredi 18 mars, lors d’une exceptionnelle allocution télévisée, la chancelière allemande Angela Merkel s’est directement adressée aux citoyens allemands, les exhortant à demeurer chez eux afin de juguler l’épidémie. La presse allemande s’attend d’ores et déjà à un prochain confinement …

     

    source: https://www.leblogauto.com/2020/03/bosch-reduit-la-voilure-en-allemagne-baisse-de-demande-invoquee.html

    Continuer
  • Coronavirus : l'Allemagne prépare un budget de crise, le chômage devrait flamber

    Le bilan de l'épidémie de nouveau coronavirus en Allemagne s'établit désormais à 13.957 cas confirmés de contamination et 31 décès. Selon l'Institut Robert Koch, autorité fédérale de la santé allemande, 2.958 nouveaux cas confirmés d'infection et 11 nouveaux décès ont été enregistrés au cours des dernières 24 heures.

    Touché de plein fouet lui aussi, le pays se prépare à adopter un budget spécial d'au moins 100 milliards d'euros pour faire face à la crise du coronavirus, rapporte vendredi le quotidien 'Handelsblatt'. Ce budget, ajoute le quotidien financier, sera financé entièrement par la dette. Il devrait être entériné lundi par le cabinet fédéral. La moitié de la somme sera versée dans un fonds d'urgence destiné aux petites entreprises, ajoute le Handelsblatt.

    Toucher à la Constitution

    Pour mener ce projet à bien, Berlin devra faire exception à une règle inscrite dans la Constitution allemande qui n'autorise l'Etat fédéral à émettre de la nouvelle dette que dans la limite de 0,35% du produit intérieur brut.

    Ce plafond peut cependant être dépassé si le pays est frappé par une catastrophe naturelle ou une "urgence exceptionnelle" qui ne relèvent pas du contrôle de l'Etat et affectent significativement sa situation financière.

    Le chômage en Allemagne pourrait toucher 90.000 personnes de plus cette année, ce qui porterait le nombre des demandeurs d'emploi à 2,356 millions au total si la crise du coronavirus est modérée mais le total pourrait dépasser trois millions si elle est plus grave, estime l'institut d'études sur le marché de l'emploi IAB.

    La croissance en baisse de 2%

    Dans un document de recherche publié vendredi, il dit tabler sur une baisse de 2% du produit intérieur brut (PIB) en 2020 en raison de l'épidémie.

    Ses prévisions sont fondées sur l'hypothèse d'une mise en sommeil de six semaines de certains secteurs de l'économie et d'une phase de retour à la normale d'une durée similaire.

     

    source: https://www.msn.com/fr-fr/finance/economie/coronavirus-lallemagne-pr%c3%a9pare-un-budget-de-crise-le-ch%c3%b4mage-devrait-flamber/ar-BB11taCO

    Continuer
  • Coronavirus : l’Allemagne mobilise des réservistes de l’armée

    MOBILISATION « Nous nous préparons pour le moment où les forces armées seront épuisées », a expliqué la ministre allemande de la Défense

    Un appel à la mobilisation en Allemagne. La ministre de la Défense, Annegret Kramp-Karrenbauer a annoncé ce jeudi la mobilisation de réservistes de l’armée face à la propagation du nouveau coronavirus. Ils sont des milliers à avoir répondu à l’appel pour l’instant.

     

    Quelque 2.300 réservistes et 900 « réservistes sanitaires » se sont déjà manifestés après un premier appel le week-end dernier, a déclaré lors d’une conférence de presse la ministre, précisant que le gouvernement allait lancer de nouveaux « appels très ciblés et un appel général ».

    Plus de 10.000 malades en Allemagne

    L’Allemagne compte quelque 75.000 réservistes, dont les coordonnées « mises à jour » sont à disposition de l’armée, a précisé la ministre. « Nous nous préparons pour le moment où les forces armées seront épuisées », a expliqué la ministre, pour qui la lutte sur la durée contre le nouveau coronavirus va s’apparenter à un « marathon ». « Cette tâche nous occupera pendant longtemps », a-t-elle martelé.

    L’Allemagne a passé la barre jeudi des 10.000 malades, 10.999 personnes étant infectées par le nouveau coronavirus. Vingt personnes sont décédées, selon l’Institut Robert Koch, chargé de la veille épidémiologique. Angela Merkel a jugé mercredi que cette pandémie constituait le « plus grand défi pour l’Allemagne depuis la Seconde Guerre mondiale ».

     

    source: https://www.20minutes.fr/monde/2743795-20200319-coronavirus-allemagne-mobilise-reservistes-armee

    Continuer

Nouveaux Articles

Populaires