Faits divers

  • Une jeune femme de 24 ans décapite sa fille de 3 ans parce qu'elle «réclamait des céréales»

    Krystle Villanueva, 24 ans, a comparu devant une cour de justice aux Etats-Unis pour le meurtre particulièrement sauvage de sa fille de 3 ans.

    Les faits se sont déroulés le 5 janvier 2017 à Kyle, au Texas. Ce jour là, la jeune femme a poignardé Giovanna Hernandez à plusieurs reprises dans le dos, avant de la décapiter.

    Lors du procès, la maman a donné des explications à peine croyables : "Je l'ai tuée parce qu'elle réclamait des céréales" a-t-elle lâché.

    La mère de famille croyait aussi, dans un délire absolu, que sa fille et son beau-père avaient été remplacés par des clones.

    "En 43 ans de carrière, je n'ai jamais vu une affaire aussi atroce" a témoigné le shérif en charge de l'enquête.

    Krystle Villanueva a été condamnée jeudi dernier à la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle.

     

    source: https://www.faitsdivers.org/32234-Une-jeune-femme-de-24-ans-decapite-sa-fille-de-3-ans-parce-qu-elle-%C2%ABreclamait-des-cereales%C2%BB.html

    Continuer
  • Etats-Unis: une famille sauvée d'un incendie grâce à un perroquet

    Les faits se sont déroulés le mois denier dans le Tennessee aux Etats-Unis.

    Si vous possédez un perroquet, peut-être qu'il pourra vous sauver la vie en cas d'événement grave. C'est en tout cas ce qu'il s'est passé le mois dernier pour une famille Américaine résidant dans le Tenessee. Un incendie s'est déclenché en pleine nuit dans leur habitation, ils étaient trois, un couple de sexagénaire et leur petite-fille de 6 ans. Si le drame approchait à grands pas, c'était sans compter sur la présence et réaction de leur volatile nommé Louie, un perroquet domestique qui est parvenu cette nuit-là à réveiller toute la famille, en criant suffisamment fort "Fire" à trois reprises. Effectivement, le feu consumait la maison à grande vitesse et grâce à Louie, la famille a pu échapper à l'incendie.

    Si l'un des membres a dû passer par la case hôpital pour récupérer après avoir inhalé les fumées nocives, tous s'en sortent sains et saufs grâce au perroquet, qui lui malheureusement n'aura pas survécu dans cet accident. À la suite de cette histoire, la famille est désormais relogée et a souhaité acquérir un nouveau perroquet, qu'ils décident d'appeler… Louie Junior.

    source: https://www.tendanceouest.com/actualite-355487-insolite-une-famille-sauvee-d-un-incendie-grace-a-un-perroquet.html

    Continuer
  • Etats-Unis: enfermé un mois dans le placard, le calvaire d’un petit garçon torturé à mort par sa famille

    Une mère, un père et une grand-mère sont poursuivis pour meurtre et maltraitance sur un enfant de 6 ans mort dans l’Arizona.

    Ce petit garçon de 6 ans a vécu un véritable enfer. En début de semaine, une mère, un père et une grand-mère ont été arrêtés et inculpés pour meurtre et maltraitance. Anthony Jose Archibeque-Martinez, 23 ans, Elizabeth Archibeque-Martinez, 26 ans et Ann Marie Martinez, 50ans, ont été arrêtés lundi dans l'Arizona après que les secours ont trouvé l’enfant, inconscient, chez eux. Malgré tous les efforts pour les réanimer, il a été prononcé mort sur place. Interrogés par la police, les trois suspects ont rapidement reconnu les faits, expliquant que le garçonnet de 6 ans et son frère de 7 ans étaient enfermés dans le placard la majorité du temps et n’avaient pas le droit de sortir de dehors, rapporte NBC.

    Ils étaient enfermés dans ce placard depuis au moins un mois, punis parce qu'ils auraient commencé à voler de la nourriture la nuit dans la cuisine, après que leurs parents ont refusé de les nourrir. Les deux garçons étaient dans un tel état de malnutrition qu’ils ne faisaient pas leur âge, ont fait savoir les autorités. Le plus grand, qui a survécu à ces tortures, a été hospitalisé et pris en charge par les services sociaux. D’autres enfants de 4 et 2 ans se trouvaient dans la maison au moment de l’intervention des secours. Ils ont eux aussi été pris en charge par les services sociaux mais ne semblaient eux, pas mal-nourris. Tous les quatre sont les enfants biologiques d’Anthony Jose Archibeque-Martinez et Elizabeth Archibeque-Martinez.

    Un temps suivis par les services sociaux

     

    D’après le site Internet du magazine «People», les services de protection de l’enfance étaient déjà intervenus auprès de cette famille. En 2013, des signalements avaient été faits pour maltraitances mais les autorités avaient estimé que ces accusations n’étaient pas fondées. Les parents avaient toutefois été volontairement suivis en accompagnement à domicile des services sociaux. Le dossier avait été fermé en juillet de cette année-là. «Nos services pleurent la perte tragique de cette vie innocente. Nous pouvons confirmer que les frères et sœurs de l'enfant sont actuellement pris en charge et reçoivent les soins et les services nécessaires pour les aider pendant cette période difficile», ont fait savoir les services de protection de l’enfance dans un communiqué. Ils ont ajouté : «Assurer la sécurité des enfants est la priorité absolue du Ministère. Cependant, nos services ne peuvent enquêter pour maltraitance et négligence envers les enfants à moins que nous recevions des signalements de la part de la communauté». L’enquête va devoir établir si l’entourage du couple et de la grand-mère était au courant des maltraitances. L’autopsie, de son côté, va permettre de déterminer les causes exactes de la mort du petit garçon.

     

    source: https://www.msn.com/fr-fr/actualite/faits-divers/enferm%c3%a9-un-mois-dans-le-placard-le-calvaire-dun-petit-gar%c3%a7on-tortur%c3%a9-%c3%a0-mort-par-sa-famille/ar-BB10Myen?li=AAaCKnE&ocid=UP97DHP

    Continuer
  • États-Unis: une école condamnée pour avoir écarté une enseignante lesbienne

    Une enseignante américaine va recevoir 100 000 dollars de dédommagement de la part d’une école du Texas (États-Unis) qu’elle accusait de discrimination. L’établissement avait placé l’institutrice en congé administratif après la plainte d’un parent, estimant que celle-ci « promouvait l’homosexualité ». La professeure avait montré aux enfants une photo d’elle et de sa future femme.

    L’école qui avait obligé une enseignante américaine à prendre un congé administratif payé pour avoir mentionné sa future épouse à ses élèves va devoir la dédommager. La professeure accusait l’établissement de discrimination et de violation de ses droits constitutionnels.

    Un accord a été trouvé mardi 3 février entre l’enseignante et l’académie. La victime touchera 100 000 dollars de dédommagement, indique CNN.

     

    Stacy Bailey, qui enseigne depuis dix ans dans une école primaire d’Arlington (États-Unis), avait montré une photo d’elle et de sa fiancée à ses élèves à la rentrée 2017. Un parent d’élève avait alors accusé l’institutrice de « promouvoir l’homosexualité ». Après son congé forcé, l’enseignante avait été mutée dans un lycée du même district.

     

    « Si je n’avais rien dit, une autre personne aurait vécu la même chose »

    Outre le dédommagement, l’académie a fait disparaître les mentions de la mesure disciplinaire du dossier de Stacy Bailey. Elle s’est aussi engagée à organiser des formations obligatoires sur les droits de la communauté LGBT pour les employés travaillant dans les ressources humaines et pour le conseil aux élèves. L’école devra aussi fournir des lettres de recommandation au ton « neutre » à l’institutrice.

     

     

     

    L’école estimait que Stacy Bailey n’avait pas respecté l’obligation d’entretenir, avec ses élèves, des échanges « adaptés à leur âge » au sujet de l’orientation sexuelle. « Je me suis battue car je pense que si je n’avais rien dit ou si j’avais démissionné, une autre personne après moi aurait vécu la même chose », a expliqué celle qui avait été élue « enseignante de l’année » à deux reprises.

     

     

     

    Le couple a déclaré qu’il donnerait 10 000 des 100 000 dollars à un organisme à but non-lucratif sensible aux questions LGBTQ.

     

    source: https://www.ouest-france.fr/monde/etats-unis/etats-unis-une-ecole-condamnee-pour-avoir-ecarte-une-enseignante-lesbienne-6764576

    Continuer
  • Un prof de danse médiatique viole un ado et lui transmet le VIH

    Un professeur de danse américain, apparu dans une émission de télé-réalité sur la chaîne Lifetime, a été condamné à neuf mois de prison pour le viol d’un adolescent de 16 ans à qui il a transmis le VIH.

    John Conner III était apparu à la télévision dans l’émission «Bring It», sur la chaîne Lifetime. Vendredi, cet homme a été condamné à neuf mois de prison pour le viol d’un adolescent de 16 ans à qui il a transmis le VIH, rapporte KUTV2. Ce professeur de danse à la tête de l’équipe des «Infamous Dancerettes» a rencontré sa victime en 2015 sur les réseaux sociaux.

    Rapidement, les deux ont commencé à avoir des relations sexuelles non protegées. C’est à ce moment-là que l’homme a exposé l’adolescent au virus, sans que celui-ci ne le sache. Lorsqu’il a fait des tests plus tard, il a découvert qu’il avait été infecté. En novembre, John Conner III a plaidé coupable d’exposition criminelle au VIH, de viol et de sollicitation de mineur.

     

    En plus de sa condamnation à neuf mois de prison, il a écopé de quatre ans de probation. Il doit également s’inscrire au registre des délinquants sexuels. L’homme a également eu des rapports sexuels avec des partenaires de 17 et 24 ans.

     

    source: https://www.msn.com/fr-fr/actualite/faits-divers/un-prof-de-danse-m%c3%a9diatique-viole-un-ado-et-lui-transmet-le-vih/ar-BB10GsKv?li=AAaCKnE&ocid=UP97DHP

    Continuer

Nouveaux Articles

Populaires